RMC

Grève générale du 5 décembre: vers une mobilisation d'ampleur comme en 1995 ?

La grève contre la réforme des retraites prévue le 5 décembre pourrait être reconduite. Certains aimeraient voir la mobilisation s'étendre comme en 1995.

Alerte à la grève générale! Cheminots, salariés de la RATP, personnels hospitaliers, professeurs, pompiers, forces de l'ordre, ou encore étudiants prévoient une mobilisation d'ampleur contre la réforme des retraites le 5 décembre. Et cette grève pourrait être reconduite, laissant craindre un mois de décembre compliqué qui pourrait rappeler le mouvement de 1995, quand la mobilisation avait paralysé la France contre "le plan Juppé", sur les retraites et la sécurité sociale.

Ancien contrôleur à la SNCF, Richard Bloch était aux premier rangs des manifestations en 1995, au pied des piquets des grèves. Aujourd'hui, il sent la même détermination: "J'ai rencontré un cheminot qui a 30 ans aujourd’hui et qui m’a dit 'en 1995 vous avez sauvé l’entreprise, j’espère qu’on arrivera à la sauver nous aussi'. Il y a les mêmes ingrédients", estime-t-il.

2 millions de manifestants en 1995

En 1995, les cheminots n'étaient pas seuls. Hicham Fassi-Fihri, producteur de théâtre, a lui aussi beaucoup manifesté. Mais aujourd'hui, pour lui, le monde a changé: "En 1995 je ne m’attendais pas à cette solidarité mais aujourd’hui ça n’existe plus, je vois surtout des gens qui pensent à eux et qui râlent parce que le métro ne marche pas".

Alors peut-on voir en 2019, ce que l'on a vu en 1995 ? Rémi Bourguignon, enseignant, spécialiste du dialogue social, estime que tout dépendra de la perception de la réforme par les Français.

"Si les salariés la voient comme un recul de la retraite, alors on pourrait voir ce scénario se renouveler avec une procuration donnée aux cheminots pour se mobiliser au nom de l’ensemble des travailleurs", explique-t-il au micro de RMC.

Le 12 décembre 1995, deux millions de personnes avaient manifesté. Trois jours plus tard, le gouvernement avait retiré sa réforme sur les retraites. 

Rémy Ink et Martin Cadoret (avec Guillaume Dussourt)