RMC

"Indispensable pour la planète et le pouvoir d'achat": des trains à 1 euro en Occitanie

En Occitanie, les billets de TER coûteront 1 euro les premiers week-ends du mois. Une initiative de la région qui entend réduire la consommation de carburant, en ménageant le pouvoir d'achat de ses habitants.

La région Occitanie veut privilégier les TER le week-end. Les billets du réseau des trains express régionaux d'Occitanie, les TER "liO", seront proposés au tarif d'1 euro chaque premier week-end du mois et lors des pics de pollution, a annoncé la présidente de la région, la socialiste Carole Delga.

Cette nouvelle offre, valable dès le premier week-end de décembre, doit permettre de limiter les émissions de gaz à effet de serre lors des déplacements dans la région. "C'est ma réponse à la lutte contre le réchauffement climatique. Le train est le moyen de transport qui pollue le moins. Je veux aussi aider mes concitoyens en matière de pouvoir d'achat et cela permettra aussi de soutenir le tourisme, l'hôtellerie et la restauration", vante ce mercredi sur RMC Carole Delga.

Du côté du financement de l'opération, la présidente de la région assure qu'elle tiendra les comptes à la fin, "au final de la fréquentation", explique-t-elle, rappelant que ce n'est pas la première fois que l'Occitanie met en place une telle opération, et tablant sur un déficit de "200.000 euros en un week-end".

Car cette initiative est le prolongement d'une expérience menée en octobre pendant les pénuries de carburant et qui avait été un succès en termes de fréquentation avec 182.000 billets à 1 euro vendus en deux week-ends, soit une fréquentation record "cinq fois supérieure au trafic habituel".

"J'appelle à un choc tarifaire"

Mais Carole Delga veut un mouvement d'ampleur et lance un appel au pouvoir central. "Il y a une progression constante, une envie du train en France et en Occitanie. Il faut des prix bas et des trains à l'heure et donc on demande, nous les présidents de régions, des investissements massifs". Avec comme objectif une généralisation de ces tarifs, comme l'a fait l'Allemagne de manière nationale ou encore l'Espagne.

"Tous les présidents de régions appellent le gouvernement et l'Europe à investir massivement sur les infrastructures ferroviaires, avec 100 milliards sur 10 ans. J'appelle, en plus, à un choc tarifaire", ajoute Carole Delga.

"Les prix très bas et même la gratuité des transports en commun, c'est indispensable pour la planète et le pouvoir d'achat de nos concitoyens", conclut la présidente de la région Occitanie.

Selon la région, l’initiative avait permis d’économiser 650.000 litres de carburant en octobre, emmenant 20% de voyageurs qui n'avaient jamais pris le train et "50% qui n'auraient pas voyagé", selon le directeur général de SNCF-Voyages Occitanie Philippe Bru.

Guillaume Dussourt