RMC

"Jean Castex fait un bras d'honneur aux automobilistes": Pierre Chasseray dénonce l'aide de 100 euros et lance un appel sur RMC

Le délégué général de l’association "40 millions d'automobilistes" était l'invité d'"Apolline Matin".

Ni baisse des taxes ni chèque carburant mais une indemnité de 100 euros pour 38 millions de Français: Jean Castex a annoncé jeudi une mesure simple "qui se voit", pour répondre aux inquiétudes sur la flambée des carburants et le pouvoir d'achat.

Plutôt qu'un chèque aux automobilistes, une "usine à gaz" selon Jean Castex, ou une baisse de taxes - "il n'y a pas que l'essence" qui augmente - le gouvernement a choisi une troisième voie: celle de débourser 3,8 milliards pour accorder une aide à tous les Français qui gagnent moins de 2.000 euros nets par mois, qu'ils aient une voiture ou non.

>> A LIRE AUSSI - Une "indemnité inflation" de 100 euros pour les Français gagnant moins de 2.000 euros nets par mois: quand et comment va-t-on toucher ce "chèque"?

Cette solution a été élaborée après plusieurs jours d'hésitation, afin d'éviter, à six mois de la présidentielle, une montée des contestations dans ce dossier ultrasensible... Sauf qu'elle ne convainc pas totalement. 

Sur RMC, vendredi matin, Pierre Chasseray, délégué général de l’association "40 millions d'automobilistes" a dénoncé ce geste du gouvernement qui ne touche en réalité qu'une partie seulement des automobilistes. "C'est le principe d'égalité des citoyens qui est remis en cause. Jean Castex a fait un bras d'honneur aux automobilistes. Cela ne couvre rien, cela ne répond pas à leurs attentes" indique-t-il avant de prédire que la "pression sociale va augmenter". 

>> A LIRE AUSSI - Carburants: "Les automobilistes se font braquer quand ils font le plein", le coup de gueule de "40 millions d’automobilistes" sur RMC

Un recours administratif contre cette aide

Pierre Chasseray, qui avait assuré sur RMC en début de semaine que son association préparait d’ores et déjà une voie de recours "contre le chèque carburant si celui-ci est adopté", a lancé un appel en direct à l'antenne face à cette mesure, qu'il juge "inégalitaire". 

"Je suis heureux pour ceux qui vont toucher les 100 euros dès la fin décembre. Mais ça ne répond pas à leurs attentes" glisse-t-il, avant d'interpeller une auditrice qui dépasse de quelques dizaines d'euros le seuil de 2000 euros nets:

"Aujourd'hui, je veux des cas d'automobilistes, de Français, qui sont victimes de ce qu'on appelle l'effet de seuil et qui n'ont le droit à rien. Je pense à tous les papas, mamans célibataires qui vont se retrouver avec que dalle et qui vont devoir à continuer à faire leur plein parce que, pour les gardes d'enfants, pour emmener les enfants à l'école, il faut faire des kilomètres, et ça aussi c'est essentiel. Cette mesure, ça veut dire qu'au-dessus de 2000 euros, on est riche? Avec 100€, on achète un vote? Je trouve ça gênant. Aujourd'hui, c'est payer plus pour bosser plus" conclut-il. 
Xavier Allain avec AFP