RMC

Les Français rois de l'agressivité au volant: "C'est rapide, on ne recroise jamais la personne, ça défoule!"

Le 10e baromètre annuel de la conduite responsable publié par Vinci Autoroutes montre qu'un conducteur sur cinq admet ne pas se reconnaître lorsqu’il est dans sa voiture.

Plus que quelques heures avant le début des grandes vacances vendredi soir et avec elles les premiers départs sur les routes. Bison futé voit rouge dans le sens des départs demain en Île-de-France et orange sur l'ensemble du pays. La journée de samedi est classée orange au niveau national.

Des conditions de circulation qui s'annoncent difficiles, notamment aux abords des grandes métropoles, de quoi mettre les nerfs des conducteurs à rude épreuve. Et derrière leur volant, les Français sont les rois de l'agressivité. C’est ce que révèle le 10e baromètre annuel de la conduite responsable publié par Vinci Autoroutes. 

Selon cette étude, un conducteur sur cinq admet ne pas se reconnaître lorsqu’il est dans sa voiture, où il s’estime plus impulsif. Non-respect du code de la route, injures… Ces comportements ne sont pas sans conséquences sur la sécurité routière.

"Si on devait descendre à chaque fois pour se bagarrer je pense que je serai en garde à vue tous les jours"

Les klaxons intempestifs, Olivier n’y fait plus attention au volant de son taxi. Les incivilités des automobilistes, ce chauffeur les côtoie quotidiennement depuis 2012.

"Je me fais insulter tous les jours, si on devait descendre à chaque fois pour se bagarrer je pense que je serai en garde à vue tous les jours"

Et pour cause, un conducteur sur cinq avoue ne plus être vraiment le même lorsqu’il est au volant et s’estime plus nerveux que d’ordinaire.

"En fait on est tous un peu schizo. Vous prenez la personne la plus gentille du monde, ça devient un fou au volant. Le sentiment de sécurité, d’être dans une voiture, d’être protégé"

"C’est un moment d’énervement ça défoule, ça évacue"

Ce sentiment de sécurité, Alix, concède le ressentir dans son véhicule. Et comme plus de la moitié des français il lui arrive d’avoir un langage fleuri.

"C’est rapide, on part très vite on recroisera jamais la personne. C’est un moment d’énervement, ça défoule, ça évacue"

Des comportements préjudiciables à la sécurité selon Bernadette Moreau, déléguée générale de la fondation Vinci Autoroutes.

"Toutes ces incivilités bien sûr vont avoir pour effet un manque de vigilance de la part des conducteurs et là ça va générer des risques"

Enfin, près de 9 Français sur 10 indiquent avoir déjà eu peur du comportement agressif d’un autre conducteur.

Florence Donjon (avec J.A.)