RMC

"On voyait la voiture s'engouffrer sous la neige": jusqu'à 2500 automobilistes coincés toute la nuit à cause de la neige sur l’A40

Une trentaine de gendarmes et de pompiers ont été mobilisés pour venir en aide aux automobilistes, ainsi que la croix rouge pour leur apporter de l'eau et de la nourriture.

D'importantes chutes de neige, et une soirée de galère pour plusieurs centaines d'automobilistes. Une partie de l'autoroute A40 à hauteur de Bellegarde-sur-Valserine dans l'Ain, à la limite avec la Haute-Savoie, s'est retrouvée totalement coupée mardi soir.

Un important manteau neigeux a recouvert la chaussée, plusieurs poids lourds bloqués sur les voies ont empêché les véhicules de circuler. Jusqu'à 2500 automobilistes se sont retrouvés bloqués dans leur voiture selon la préfète de l'Ain.

La préfecture de l'Isère avait mis en garde mardi contre un "risque important d'avalanches" sur les différents massifs du département, de niveau 4 sur une échelle de 5: la neige et le verglas avaient aussi occasionné à partir de la fin d'après-midi la coupure de l'autoroute A40 dans les deux sens de circulation à hauteur de Bellegarde-sur-Valserine, en Haute-Savoie.

>> A LIRE AUSSI - Neige-verglas: 2 départements en alerte orange

"On voyait la voiture s'engouffrer sous la neige"

Après quelques jours de rêve à la montagne, Manon et ses amies ont passé une soirée “longue, très très longue, très fatigante et stressante”.

En cause, des chutes de neige, immobilisant plus de 2000 véhicules sur l’A40. Les trois filles ont mis près huit heures pour parcourir quelques kilomètres. 

"Sachant qu’on avait soif, qu’on avait faim, qu’on avait envie d’aller aux toilettes, qu’il faisait froid dehors et surtout qu’on voyait la neige tomber et la voiture s'engouffrer sous la neige. Ca c’était un peu notre angoisse, on avait peur de ne pas pouvoir repartir”, assure l’une d’elle. 

Pas de préparation?

Patrice a connu le même cauchemar. Parti de l’Allier à 13 heures, il a passé toute l’après-midi et la soirée dans sa voiture. Il dénonce l’impréparation des autorités. 

"Chaque fois c’est pareil, il y a tellement de poids lourds, des gens qui ne sont pas équipés, qui roulent. Je n’ai vu aucun gendarme. Je ne sais pas comment il gère ça, pourtant la neige ils connaissent”, indique-t-il.

Un gymnase a été ouvert mardi à Bellegarde sur Valserine pour accueillir près de 60 automobilistes qui n’ont pas pu encore reprendre la route. 

Alerte météo

En Isère, la préfecture invite dans un communiqué les pratiquants "de la randonnée, du ski, des raquettes et de toute autre activité de montagne" à la "plus grande prudence" sur les massifs de la Chartreuse, du Vercors, de Belledonne et des Grandes-Rousses, où les risques d'avalanche seront "forts". "La pratique de ces activités en dehors des pistes balisées est très fortement déconseillée", ajoute-t-elle, précisant que "jeudi et vendredi, les risques d'avalanches s'accentueront encore".

De son côté, la préfecture de Haute-Savoie a mis en garde contre un risque de départ de coulées "élevé pour l'ensemble des massifs du département". "Le manteau neigeux est très instable et de nombreuses avalanches de plaques friables sont susceptibles de se déclencher", indique-t-elle dans un communiqué.

Le département a été placé en vigilance orange "neige-verglas" en raison "d'un épisode hivernal intense" qui devrait perdurer mercredi selon Météo France.

Margaux Bourdin avec Guillaume Descours