RMC

Pas vraiment écologique ni économique: à quoi sert d'abaisser la limitation de vitesse à 30 km/h à Paris?

LECHYPRE D'AFFAIRES - La mairie de Paris a acté un passage à 30 km\/h max dans toute la capitale, une mesure qui fait débat.

Lundi, Paris rejoint la liste des villes dans lesquelles la vitesse est réduite à 30 km/h. Pourtant il n'y a aucun gain écologique avec cette mesure. C’est même le contraire.

Toutes les études convergent pour montrer que la pollution au contraire augmente. Celle de l’Ademe par exemple. Entre 20 et 45 km/h, la diminution de la vitesse augmenterait le bruit de la circulation et donc les nuisances sonores. À 30 km/h les émissions de CO² et de NOx (oxyde d'azote, gaz toxique) sont plus importantes qu'à 50 km/h.

L’étude du Cerema réalisée à la demande de la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer (DGITM) confirme qu’on pollue nettement plus qu’à 50 km/h. Et que c’est entre 50 et 90 qu’on pollue le moins.

Si l’intérêt n’est pas écologique, est-ce qu’il est économique ?

Encore moins, la réduction de la vitesse n’a que des inconvénients. Les commerçants vont perdre des clients. La preuve: en 2014 à Amiens, la rue des Otages a été rouverte aux automobilistes car la précédente restriction de circulation avait fortement pénalisé la fréquentation du centre-ville.

Un ajout de durée sur un trajet peut aussi mener au refus d'une offre d'emploi. On compte en temps, pas en kilomètres. Cela signifie que le marché de l'emploi accessible en une heure devient plus petit, que les commerces et les équipements sont moins commodément accessibles et en nombre de 23,5%.

Les tarifs des taxis vont augmenter, puisque les temps de transport seront plus longs. Les clients vont passer 10 à 15% de plus de temps dans la voiture. Ça va être difficile d'accepter une augmentation de 10 à 15% pour le client."

Un avantage et pas des moindres : la baisse des accidents de la route

Oui c’est le seul mais il est majeur. la baisse de la vitesse a réduit le nombre et la gravité des accidents mettant en cause des piétons. C’est une enquête de l’ONU qui le dit : chaque baisse de 1 km/h de la vitesse entraîne une diminution de 4 à 5 % des accidents mortels. Le risque de décès et de blessure diminue considérablement lorsque les vitesses sont réduites. En fait le principal objectif est de dégouter de la voiture, et ça pourrait marcher.

>>> A LIRE AUSSI - Voici pourquoi le prix des pièces détachées automobiles va enfin pouvoir baisser

Emmanuel Lechypre (avec J.A.)