RMC

"Plan anti-stups": comment le gouvernement veut lutter contre les trafics de drogue

Le nouveau plan du gouvernement contre le trafic de stupéfiants est dévoilé mardi à Marseille par un quatuor de ministres, avec à la clé une très attendue réforme de l'office "anti-stups".

Quatre ministres à Marseille pour annoncer un nouveau plan national de lutte contre les stupéfiants. Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, Laurent Nuñez, son secrétaire d’État, Nicole Belloubet, la ministre de la Justice et Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des comptes publics vont vanter les mérites de ce plan qui consiste, selon nos informations, à généraliser la méthode policière marseillaise dite du "pilotage renforcé" mise en place en 2015.

Il s’agit principalement d’une concertation hebdomadaire sous l’égide de la police judiciaire entre les différents services de police (Sécurité publique, Sûreté départementale…) et de douane de la ville pour échanger des informations et se répartir au mieux la lutte contre les réseaux.

L'objectif est de mieux coordonner les nombreux services

Un plan annoncé dans un contexte de hausse du trafic de drogue. L'objectif est de mieux coordonner les nombreux services qui luttent contre le trafic de drogue. Autrement dit plus de coopération entre la gendarmerie, la douane, la police mais aussi les magistrats.

"Il ne faut plus que chacun traite son affaire de son côté", résume un haut responsable de la police judiciaire. Ainsi l'actuel office central de répression du trafic de stupéfiants, l'OCTRIS, pourrait être totalement repensé et plus centralisé.

Le trafic concerne désormais des villes de taille moyenne jusque-là épargnées

Et le temps presse puisque le trafic de stupéfiants explose. Avec un chiffre d'affaires annuel de 3,5 milliards d'euros en 2018 c'est le premier marché criminel en France.

Les saisies de cannabis, la drogue la plus consommée dans le pays, ont augmenté de près de 20% l'an dernier. Et les experts sont unanimes, la vente de drogue ne cesse de s'étendre, elle concerne désormais des villes de taille moyenne jusque-là épargnées par les trafics.

Jean-Baptiste Bourgeon (avec J.A.)