RMC

Pourquoi le régulateur de vitesse automatique n'est pas (du tout) une bonne idée

-

- - -

Le régulateur de vitesse automatique n'est pas une nouveauté en France. Ce système, qui pourrait s'avérer être la solution pour éviter de se faire flasher, n'est pourtant pas une si bonne idée pour Jean-Luc Moreau, notre expert auto.

Depuis une dizaine d’années, on parle du fameux système LAVIA en France. LAVIA signifie: limiteur s’adaptant à la vitesse autorisée. Un limiteur de vitesse, comme celui utilisé fréquemment, qui adapte automatiquement la vitesse du véhicule à la limitation de vitesse.

Ce système pourrait être un gros avantage pour les automobilistes sur certaines routes secondaires où la limitation de vitesse change pratiquement tous les kilomètres depuis le passage aux 80 km/h.

Mais il n’existe toujours pas de cartographie officielle et précise des limitations de vitesse. Et c'est ce qui pose problème.

Problème de cartographie des limitations de vitesse

Même les spécialistes de la question comme Coyote, TomTom ou Waze ne parviennent pas à garantir à 100 % une cartographie juste des limitations de vitesse.

Les constructeurs non plus d’ailleurs car, même avec une caméra de lecture des panneaux de signalisation, il peut arriver dans certains cas qu’un panneau de limitation de vitesse soit masqué lors du passage du véhicule. Si c’est une zone de travaux non répertoriée sur la cartographie, la voiture ne ralentira donc pas toute seule.

Risque d'hypovigilance

De plus, cette fonctionnalité, si elle n’est pas connectée à un système de radar et de contrôle de la direction, peut s’avérer plus dangereuse que réellement efficace en matière de sécurité routière.

Ce système pose en effet un vrai problème d’hypovigilance. Finalement, le limiteur automatique, qui empêche de dépasser la limitation de vitesse sur l’axe qu’on emprunte semble plus adapté.

Absence de réglementation

Et si vous étiez pris en excès de vitesse alors que ce n’est pas vous qui avez décidé de la vitesse, c’est vous qui paierez le PV et perdriez les points. Car, aujourd'hui, la réglementation française considère toujours que le conducteur doit être le maître de son véhicule.

Alors, contrairement à ce que disent certaines associations cette solution n'est donc pas viable pour le moment. Aujourd'hui, elle n’est pas suffisante ne serait-ce que pour assurer un respect total de la limitation de vitesse sur les routes. On n’est donc pas prêt de voir disparaître les radars.

Caroline Petit