RMC

Pourquoi le TGV est, depuis 40 ans, le fleuron français du transport

"EXPLIQUEZ-NOUS" - Le train à grande vitesse a été inauguré par François Mitterrand en septembre 1981.

C’est une histoire française. Le TGV, le Général de Gaulle l’a imaginé, Georges Pompidou a lancé le programme, Valéry Giscard d’Estaing l’a construit et François Mitterrand l’a inauguré. Un trajet Paris-Lyon le 22 septembre 1981, en 2 heures 40, à 260 km/h. Pendant les essais, 6 mois avant, le TGV avait battu le record du monde de vitesse sur rail en atteignant 380 km/h.

C’était l’époque où les ingénieurs français étaient les rois dans les transports. 1981, c’est aussi l’apogée du Concorde, l’avion commercial le plus rapide de tous les temps. Il desservait alors 7 destinations dans le monde, et reliait New-York en 3h30. 1981, c’est aussi l’année où Airbus a lancé le programme A320 qui allait devenir l’avion le plus vendu de l'histoire de l’aviation. C’était l'âge d’or.

>> A LIRE AUSSI - Il fête ses 40 ans et file toujours à 300 km/h: ce que vous ne savez (peut-être) pas sur le TGV

Et le TGV a changé la France. Soudain, les Lyonnais ont réalisé qu’ils pouvaient se rendre à Paris pour la journée. C’était impossible auparavant quand il fallait compter huit heures pour faire l’aller-retour. Et puis le TGV va tisser sa toile. Le TGV atlantique est inauguré en 1989 et les prix de l’immobilier explosent à Nantes et au Mans.

Le train qui a rétréci la France

En 1993, Lille n’est plus qu’à une heure de Paris. En 1994, le TGV passe sous la manche et relie Londres. En 1996, Bruxelles n’est plus qu'à 1h22. En 2007, c’est le TGV Est vers Strasbourg et l’Allemagne.

Ce train a rétréci la France, rapproché les familles, créé des travailleurs nomades qui habitent dans une ville et travaillent dans une autre à 200 ou 300 kilomètres. Et les Français ont plébiscité le TGV. 

La ligne Lyon Marseille à une histoire particulière. C’est le quotidien Les Echos qui raconte cette histoire particulière et assez longue, puisqu'elle n’a été mise en service qu’en 2001. Il a donc fallu 20 ans pour construire ces 300 kilomètres entre Lyon et Marseille.

D’ailleurs à l’inauguration des premier TGV, en 1981, le ministre de l'Intérieur Gaston Defferre avait refusé d'accompagner le président, parce que Gaston Defferre était le maire de Marseille et il savait qu’il n’était pas prévu tout de suite de desservir la ville. Defferre était furieux et estimait que les Marseillais étaient méprisés.

Finalement, dans les années 90, François Mitterrand a pris les choses en main et s’est personnellement investi. Il se tenait régulièrement au courant du chantier et intervenait pour modifier le tracé. Il voulait par exemple sauvegarder des vignes dans la Drôme. On a su ensuite qu'il s’agissait aussi de sauvegarder la maison de sa sœur.

Les ingénieurs de SNCF s’étaient fixé un défi. Relier Paris à Marseille en moins de 3 heures. Ce qu’ils ont réussi, mais pour cela, il a fallu aller toujours tout droit et ne pas lésiner sur le prix des expropriations. Le quotidien Les Echos raconte l’histoire d’une femme qui acceptait de déménager à condition d’emmener ses arbres. La SNCF, lui a transplanté ces trois palmiers. C’était l’époque où, pour le TGV, pour le prestige, pour la vitesse, tout était permis.

Aujourd’hui, le TGV n’est plus le train le plus rapide du monde…

Il a atteint 574 km/h en 2007 sur la ligne Paris Strasbourg, mais il est battu par le Maglev Japonais qui a roulé à 603 km/h avec des passagers, en lévitation au-dessus des rails. C'étaient des essais, il n’est pas encore en service.

En Chine, le train qui relie le centre-ville de Shanghai à l’aéroport en 8 minutes, va aussi plus vite, il roule à 581 km/h. Et puis le réseau français n’est plus le plus grand du monde non plus. Il fait 2.700 kilomètres et dessert 180 villes, mais c’est moins qu’au Japon, en Chine, et même en Espagne ou le réseau est plus grand.

Ce vendredi, le président de la SNCF va présenter à Emmanuel Macron des maquettes du TGV du futur, le TGV M qui entrera en service en 2024. Il n’ira pas plus vite que les trains actuels. Il roulera à 320 km/h. Il sera simplement plus confortable, plus écolo et surtout plus rentable puisqu’il transportera 740 passagers au lieu de 500 actuellement. Fini les records du monde, vive le réalisme.

Nicolas Poincaré