RMC

Réduction de la vitesse sur le périphérique à Paris: "Ça devient pesant", regrette un chauffeur de taxi

Plusieurs élus parisiens vont transmettre à la maire de Paris Anne Hidalgo un rapport détaillé qui va dans le sens de cette réduction de la vitesse sur le périphérique à Paris.

Le périphérique, clef de voûte de la circulation à Paris et sa banlieue. Près d’un million de véhicules l’empruntent quotidiennement. Mais il est aussi à l’origine de plus d’un tiers des émissions de dioxydes d’azote polluantes liées au trafic routier dans la capitale. 

Alors pour lutter contre ces taux d’émissions très élevés, la vitesse pourrait être réduite. Plusieurs élus de tout bord politique souhaitent voir la limitation passer à 50km/h au lieu de 70 km/h actuellement. Ils doivent d’ailleurs remettre un rapport détaillé à la maire de Paris, Anne Hidalgo, d’ici trois semaines. 

Cette mesure ne fait pas l’unanimité. Une limitation à 50 km/h sur le périphérique, rien que l’idée inquiète Jean, chauffeur de taxi.

"En termes de courses, je vais perdre un temps monstrueux si on perd encore 20 km/h supplémentaire. Ça devient pesant », regrette-t-il.

Moins d'accidents

Avec le passage aux 70 km/h, selon un bilan de la mairie de Paris, le nombre d’accidents sur le périphérique avait diminué, de 15,5% en un an. Fathi, automobiliste parisien, est donc favorable au 50km/h. "Il y aura moins de morts, il y a aura aussi beaucoup moins de blessés. De toute façon, on ne peut pas aller plus vite puisqu’il y a toujours des bouchons. Donc rouler à 50km/h, c’est très bien", affirme-t-il.

De plus cette mesure permettrait de fluidifier le trafic selon Laurence Golgrab, présidente de la mission d’information et d’évaluation sur l’avenir du périphérique

"Il faut voir que le périphérique est la plupart du temps limité à 35km/h. On sait que c’est ceux-là qui génèrent le plus de pollution donc l’idée, c’est de lutter contre la congestion automobile", indique-t-elle.

Les membres de la commission proposent également de réduire le nombre de voies de trois à deux pour les particuliers, une pour les transports en commun et le covoiturage. Le rapport suggère également de baisser la vitesse également sur les autoroutes et voies rapides qui ceinturent Paris à l’intérieur de l’A86.

Margaux Bédé avec Guillaume Descours