RMC

Retards en pagaille, tensions... soirée difficile pour les passagers de la SNCF après un accident mortel sur un chantier

Un ingénieur de la SNCF est mort dimanche lors d'un glissement de terrain à proximité de la gare de Massy-TGV. L'accident a entraîné la paralysie du réseau occasionnant de nombreux retards.

Plus d'une centaine de passagers s'est retrouvée coincée dans la gare de Massy-TGV dimanche, à quelques mètres de l'éboulement tragique qui a fait un mort. Des agents SNCF distribuaient des paniers repas aux voyageurs bloqués depuis plusieurs heures. C'est le cas notamment d'Anthony qui devait prendre son train en début de soirée: "J'ai juste envie de rentrer le plus tôt possible. Ce serait bien qu'il propose un remboursement en attendant j'ai envie de passer le temps".

Les retard s'accumulaient sur les panneaux d'affichage alors que nombreux OuiGo ont pour départ la gare de Massy-TGV. Le train pour Lyon affichait dimanche déjà 3h de retard, ceux de Rennes et de Nantes 2h10.

Dans le même temps, des TGV étaient toujours bloqués sur les rails pendant plusieurs heures: "Ce que l'on vit c'est un peu un mini-calvaire, j'ai faim, j'ai soif. On a eu aucune information de la part de la SNCF", déplorait Guillaume à bord d'un TGV quelque part entre Toulouse et Paris.

>> A LIRE AUSSI - Un mort, le trafic SNCF paralysé: ce que l'on sait de l'accident près de la gare de Massy-TGV

Tensions entre voyageurs

À Paris, toutes les perturbations se répercutaient en gare de Montparnasse où des centaines de personnes se sont entassées pendant des heures. Dans le hall les trains supprimés se multipliaient provoquant l'agacement des passagers: "Les gens ont commencé à s'énerver entre eux, ça créait pas mal de conflits, les gens se poussaient, c'était blindé", racontaient Amélie et Bérénice qui ont abandonné après 3h d'attente au cœur de la foule.

Les deux amies vont passer la nuit chez une copine et prendront un train tout à l'heure, mais à l'intérieur de la gare, d'autres passagers restaient, assis par terre dans les allées, ils ont encore espoir que leur train parte.

Un premier train est arrivé dans la soirée autour de 23h. à bord, des passagers, exténués par de longues heures de retard. Le trafic selon la SNCF était quasi-normal ce lundi matin.

Nicolas Traino (avec Guillaume Dussourt)