RMC

Seniors au volant et accidents: que disent les chiffres?

Une pétition a été lancée par un homme qui a perdu sa grand-mère, renversée par un conducteur de 80 ans alors qu'elle marchait sur le trottoir.

Faut-il contrôler d'avantage les personnes âgées qui prennent le volant ? La question revient à chaque fait divers lorsqu'une personne âgée est responsable d'un accident, mais elle n'a jamais été tranchée. 

Cette fois-ci c'est le petit-fils d'une victime qui ouvre le débat. Clément Mercier a perdu sa grand-mère Joséphine (91 ans) le 6 novembre dernier, percutée mortellement par un automobiliste de 80 ans qui a perdu le contrôle de sa voiture suite à un malaise à Boulogne-Billancourt. Le jeune homme a mis en place une pétition mi-décembre demandant la mise en place d'un examen médical régulier d'aptitude à la conduite à partir d'un certain âge. 

Dans plusieurs pays européens il existe déjà des examens médicaux pour les personnes âgées comme en Italie ou au Portugal avec des contrôles obligatoires a partir de 50 ans. Et pourquoi pas en France? 

Une explication d'abord: les chiffres. Les personnes âgées sont les principales victimes de la mortalité routière: elles représentent 26% des décès annuels. Et, en revanche, on ne peut pas dire qu’elles provoquent plus d’accidents que les autres, loin de là, les plus de 65 ans sont même la catégorie la moins accidentogène… 

Aujourd’hui en France, il n’y pas de contrôles fondés sur l’âge des automobilistes, mais certains professionnels, les taxis, les ambulanciers, les chauffeurs de poids lourds ou de transports publics sont soumis à des examens médicaux réguliers. Une proposition de loi, datant de 2018, visait à mettre en place une visite médicale pour vérifier l’aptitude des séniors à conduire. Proposition finalement rejetée par les sénateurs qui, peut-être, se sont sentis visés…

Romain Poisot (avec J.A.)