RMC

SNCF: "Faire grève deux jours sur cinq, ça ne sert à rien, on n'embête personne", regrette un cheminot FO

Pascal, cheminot affilié au syndicat FO, a regretté ce vendredi dans Bureau de vote, que la méthode de grève choisie par les représentants syndicaux de la SNCF jeudi soir, ne soit pas assez contraignante, selon lui.

Les syndicats de la SNCF ont appelé jeudi soir à une grève reconductible de deux jours sur cinq à partir des 3 et 4 avril et jusqu'au 28 juin. Une nouvelle façon de faire grève qui ne semble pas faire l'unanimité chez les syndicalistes de la SNCF. Pascal, cheminot à Aubagne (Bouches-du-Rhône) et adhérent du syndicat FO - "très représentatif" sur la région de Marseille – a fait part de son mécontentement, ce vendredi dans Bureau de vote. "C'est la nouvelle mode, notamment de la part de la CGT, de faire des journées de 24h de grève qui, au final, ne servent strictement à rien parce qu'il y a des temps de transport qui sont adaptées. Ça ne sert à rien, on n'embête personne".

"Il n'y a rien à négocier"

"Elisabeth Borne, la ministre des Transports, nous dit que sa porte est ouverte pour la négociation. Mais on a un gouvernement qui nous dit: la réforme de la SNCF c'est comme ça! Il n'y a rien à négocier", regrette Pascal. "Si on veut vraiment faire avancer la SNCF, on se voit, on discute, mais on n'arrive pas en disant: 'c'est comme ça'".

Il regrette également que le gouvernement "essaie de faire croire aux Français que c'est le statut des cheminots qui règlerait le problème de la SNCF".

P. G. avec J-J. Bourdin