RMC

Grève SNCF: "On va encore rentrer à pas d'heure, ça va être l'horreur"

Deux jours de grève par semaine, pendant au moins trois mois... C'est ce qui attend les usagers de la SNCF pour le printemps. Certains sont déjà en colère à la gare Montparnasse à Paris.

Cela risque d'être parfois compliqué sur les lignes SNCF à partir du 3 avril. L'intersyndicale a tranché jeudi soir et opté pour un grève "perlée": deux jours de grève tous les cinq jours pendant au moins trois mois.

Même si les syndicats ont déjà sorti un calendrier comprenant tous les jours de grève prévus, les usagers qui utilisent régulièrement les lignes SNCF sont déjà très inquiets. On a pu le voir gare Montparnasse avec Véronique qui sent que les journées de grèves vont se muer en journées de galères.

"Au secours ! Ca veut dire qu'on va encore rentrer chez nous à des heures pas possibles. Le matin on va devoir partir deux heures plus tôt. Ca va être encore l'horreur", souffle-t-elle visiblement habituée aux complications entre son domicile de Saint-Quentin-en-Yvelines et Paris.

Le président de SOS usagers: "Ca va être dur, en particulier en Île-de-France"

Le fait que le planning des jours de grève soit déjà organisé ne semble pas rassurer ceux qui utilisent les lignes quotidiennement.

"Ce n'est parce qu'on prévient longtemps à l'avance que ceux qui n'ont pas de solutions vont pouvoir se démerder. C'est le pansement sur la jambe de bois, un fausse bonne idée", lance de son côté Nicolas.

Le président de SOS usagers, Jean-Claude Delarue, estime les Franciliens vont avoir des soucis durant les prochains mois si ce conflit ne se résout pas rapidement.

"Cette grève risque d'être très dure, en particulier en Île-de-France. Car c'est simple, quand il n'y a pas de trains, il n'y a pas de routes. Car elles sont tellement embouteillées que la région va être paralysée". 

Autre souci: les ponts du mois de mai et les vacances de printemps qui risquent d'être fortement impactées par cette longue grève. 

Mahauld Becker-Granier avec J.A.