RMC

SNCF: les cheminots doivent-ils continuer leur grève? Ca fait débat sur RMC

Le vote de la réforme à l'Assemblée, le nombre de grévistes en baisse: les cheminots doivent-ils continuer leur grève? Ca fait débat sur RMC.

Quatrième épisode de grève à la SNCF jusqu'à vendredi matin. Selon la direction, le trafic sera très perturbé mercredi avec un TGV sur trois prévu, ainsi que deux TER et Transiliens sur cinq.

Dans les gares, les usagers s'impatientent, le bras de fer continue entre le gouvernement et les cheminots et la poursuite de la grève fait débat. Alors, faut-il la continuer? La prochaine étape politique doit désormais se tenir fin mai au Sénat. Le gouvernement et les députés En Marche estiment avoir fait beaucoup de concessions aux cheminots. ils ont repris des propositions portées par les syndicats réformistes, l'UNSA et la CFDT, notamment sur la garantie des droits des cheminots qui seront transférés dans une entreprise privée.

"Il faut savoir sortir de la grève. Comment ne pas prendre en compte le vote des élus du peuple? lance le député LREM de Gironde Benoit Simian.

"Il y a eu un débat à l'Assemblée nationale la semaine dernière, jour et nuit. Près de 300 amendements, 45 ont été pris en compte par la ministre des Transports, Elisabeth Borne: il y a eu un vrai débat, une vraie concertation. Depuis près d'un mois, la ministre tient en parallèle une table ronde avec les organisations syndicales, et ce, jusqu'à la fin du mois. Donc vraiment j'en appelle à la sortie de la grève pour les usagers et aussi des cheminots".

Quels sont toujours les points de désaccord?

Sauf que les cheminots veulent plus de garanties avant de sortir du conflit, notamment sur la dette, car malgré l'annonce d'Emmanuel Macron dimanche soir. L'Etat reprendra progressivement la dette de la SNCF à partir de 2020, mais de combien, et sur quelles modalités? Le flou subsiste.

Même désaccord à propos du transfert des cheminots: ceux qui refusent d'être transférés seront considérés comme démissionnaires. Ce que les syndicats ne veulent pas. Le gouvernement espère convaincre les réformistes, mais il se heurte à l'intransigeance de la CGT et de SUD-Rail. 

"Aujourd'hui, il y a une véritable bataille de communication. Le but du gouvernement et de la SNCF est de dire 'Regardez, les chiffres baissent en permanence' explique Fabien Villedieu de SUD-Rail. C'est une grève nouvelle, avec une forme nouvelle et des rebondissements. Il y a des phénomènes où des gens se mettent en grève, qui parfois reprennent le travail puis se remettent en grève deux jours d'après. Les cheminots restent déterminés et mobilisés parce que la grève reste encore très suivie et on est pas prêts de reprendre le travail tant que le gouvernement n'aura pas reculé".

Pour l'instant, le front syndical tient... Seul Sud Rail réfléchit ouvertement à changer de braquet en adaptant un calendrier de grève "surprise".

Victor Joanin et X.A