RMC

Un plan historique de relance débloqué par l'Etat pour sauver Air France

Le ministre de l'Economie Bruno Lemaire a annoncé hier soir le déblocage de 7 milliards d'euros. 3 milliards directement des caisses de l'état. Et 4 milliards de prêts garantis par les banques.

L'état vole donc au secours d'Air France et de ses 350 000 emplois directs et indirects, gravement affectés par la crise. Seulement 5% des vols assurés depuis le mois de mars.

Pour bien comprendre, le détail : Il s'agit de 4 milliards de prêt garantis par les banques et 3 milliards de prêt d'Etat pour sauver la compagnie et les emplois. Par ailleurs, le ministre de l'Économie a insisté sur les obligations de la compagnie en matière écologique.

“Il faut qu’Air France nous présente un plan de réduction des émissions de CO2 de transformation de sa flotte pour être moins polluante, qu’elle fasse moins de bruit, et être plus respectueuse de l’environnement. Ca dessine l’économie de demain que nous voulons qui doit être plus respectueuse de l’environnement”, explique-t-il. 

Une politique de remplacement des vieux avions

Bruno Le Maire souhaite que la compagnie aérienne devienne la plus respectueuse de l'environnement de la planète. Un défi qui ne devrait pas être trop difficile à relever d'après Jean Serrat, consultant aéronautique pour RMC.

“Air France a une politique depuis des années qui est de se débarrassait de tous ses anciens avions qui vont être remplacés par des nouvelles génération d’Airbus qui ont une empreinte de pollution de 30% à 35% moins importante que les appareils qu’ils vont remplacer”, indique-t-il.

Un plan qui se justifie, pour le ministre, pour une question d'indépendance de conserver une compagnie nationale.

Pauline Pioche avec Guillaume Descours