RMC

Valérie Pécresse demande des comptes aux patrons des transports d'Île-de-France

Réunion sous tension ce vendredi entre Jean Castex, président de la RATP, Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, et les patrons des autres opérateurs de transports d'Île-de-France. Valérie Pécresse va réclamer des comptes après une année noire dans les transports en commun.

Un conseil d'administration exceptionnel d'Île-de-France Mobilités est organisé ce vendredi matin, à 9h. Les patrons des opérateurs de transport - RATP, SNCF, Keolis et Transdev - seront auditionnés. Une première pour le nouveau patron de la RATP Jean Castex, nommé le 28 novembre dernier, car face à lui, la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, va réclamer des comptes. Car l'année 2022 a été une année noire pour les usagers franciliens. La région va exiger des améliorations aux opérateurs.

La RATP comme la SNCF le reconnaissent: sur plusieurs lignes, l'offre de service est particulièrement perturbée. La RATP a même présenté exceptionnellement ses excuses pour cette situation, même si elle met en avant une légère amélioration depuis le début de l'année.

L'ouverture à la concurrence, solution ou chaos?

Les raisons de ces difficultés sont connues. Une pénurie de personnel, en particulier de conducteurs, la fin de la période Covid avec un retour massif des voyageurs, et des travaux importants sur plusieurs tronçons qui perturbent le trafic.

“Il faut que cela change”, tonne Valérie Pécresse. La présidente de la région IDF pointe aussi du doigt les grèves récurrentes et le taux d'absentéisme supérieur à la moyenne dans ces entreprises.

Valérie Pécresse compte aussi sur l'ouverture à la concurrence des bus en Île-de-France prévue en 2025 pour mettre la pression. La région espère ainsi faire baisser les coûts et améliorer le service. “Au contraire, avec la multiplication des opérateurs, on risque le chaos”, peste un administrateur d'Île-de-France Mobilités.

Nicolas Ropert avec Guillaume Descours