RMC

Vers la fin des vols intérieurs en France? Jugées trop polluantes, des députés veulent la suppression de 72 lignes

-

- - -

Un texte visant à supprimer 72 vols domestiques au profit des trajets en train va être présenté ce lundi à l'Assemblée Nationale. A la manœuvre notamment le député LFI François Ruffin et la députée écologiste Delphine Batho.

Ces courts trajets en avion sont considérés par ces députés comme "une absurdité écologique". La volonté des parlementaires: interdire tous les vols intérieurs pour lequel il existe une liaison ferroviaire en moins de 5 heures.

Le député insoumis, François Ruffin, prend l'exemple de la ligne Paris-Marseille, sur laquelle 17 vols d'une durée d'1h20 sont proposés quotidiennement. En TGV, ce même itinéraire prend 3h05, mais pollue moins.

"Le temps d’arriver à l’aéroport, le temps d’attente pour embarquer, ça revient au même que d’aller à la gare"

Seraient donc menacées les lignes Paris-Nantes nécessitant une heure d'avion contre 1h57 de train ou encore Paris-Toulouse avec 1h15 de vol contre 4h07 de train. Mais délaisser l'avion pour le train sur l'ensemble du territoire divise les passagers.

Cécile sort de l'aéroport, originaire de Besançon, elle et son mari ont pourtant pris l'habitude de voyager en train: "On fait Besançon-Paris, Besançon-Pau. Le temps d’arriver à l’aéroport, le temps d’attente pour embarquer, ça revient au même que d’aller à la gare qui est à 10 minutes de chez nous et de prendre le train".

"Il n’y a pas que des grandes lignes et ce n’est pas toujours aussi évident que ça"

L'avion jugé trop polluant, reste pourtant pratique pour Jean-Philippe qui arrive tout juste de Toulon après 1h30 de vol: "Pour moi, si je veux aller à Paris de Toulon c’est une heure de TER jusqu'à Marseille et après c’est 3 heures Marseille-Paris donc ça fait quand même 4 heures. Il n’y a pas que des grandes lignes et ce n’est pas toujours aussi évident que ça".

Avec ces suppressions c'est tout le réseau de correspondance vers l'international qui serait touché d'après Nicolas Paulissen, Délégué Général de l'union des aéroports français: "Le projet de loi tel qu’il existe, menacera l’accès aux liaisons internationales des principales régions françaises vers l’aéroport Paris Charles de Gaulle".

Si elle voit le jour, cette proposition pourrait être effective dès 2021. 

Alfred Aurenche (avec Caroline Petit)