RMC

Doit-on demander aux compagnies aériennes de compenser les émissions de CO2 de leurs avions?

Planter des arbres pour compenser le CO2 produit par les avions ? L'idée fait débat.

Plutôt que de taxer le kérozéne, les compagnies seraient obligées de contribuer à un fonds dont l’objectif est d’absorber la production de dioxyde de carbone. C’est une idée lancée par "Entreprises du voyage", le syndicat professionnel qui regroupe les agences de voyages et les tour-opérateurs.

Et ça existe déjà. Le groupe "Voyageurs du monde" a mis en place ce système. 100% des voyages qu’ils proposent sont compensés en abondant à un fonds qui replante de la mangrove en Indonésie et en Inde. Concrètement, il suffit de calculer le nombre de tonnes de CO2 produites par chaque voyage et le nombre d’arbres qu’il faut planter pour absorber ce CO2. Jean-Pierre Mas est le président d’Entreprises du voyage:

"Un vol Paris-Nice, c'est 12 tonnes de CO2 produit"

"Un vol Paris-Nice, c'est 12 tonnes de CO2 produit avec 3 tonnes de carburant utilisé. Pour compenser cette production de CO2 il faut investir en plantant des mangroves ou des arbres de manière à absorber le CO2 produit pour ce vol d'une heure. C'est mécaniquement facile."

Le problème, c’est qu’aucune étude scientifique ne vient confirmer le sens de cette initiative. Maxime Combes est porte-parole d’Attac, membre du mouvement Stay-grounded, reste au sol en Français, qui cherche aussi des solutions pour réduire l’impact de l’avion et pour qui cette solution est une fausse bonne idée.

1 voyageur français sur 5 a déjà renoncé à l’avion pour un mode de transports plus propre

"Quand vous prenez l'avion les émissions sont relâchés dans l'atmosphère tout de suite. Quand on veut compenser en plantant des forêts, on dit que les arbres vont capter au bout de 20, 30, 40 ans... C'est un pari sur l'avenir mais aucun climatologue ne vous dira que ça fonctionne."

Ce qui sûr, c’est que le modèle tout avion doit évoluer. Aujourd’hui, 1 voyageur français sur 5 a déjà renoncé à l’avion pour un mode de transports plus propre. On vous a déjà aussi beaucoup parlé du Flygskam, la honte de prendre l’avion en Suède, qui se développe partout en Europe.

De nombreuses listes aux européennes, la République en Marche, la France insoumise, Europe-Ecologie Les Verts, le Parti socialiste, proposent alors une taxation du kérozène. Emmanuel Macron lui-même a dit en début de semaine dans la presse qu’il souhaite avancer sur le sujet au niveau européen. Avec le risque que cette nouvelle taxe se répercute sur le prix des billets. Et que ce soit donc le voyageur qui paye.

Matthieu Rouault