RMC

Un an après le confinement, cette caissière nostalgique de la gentillesse des clients: "Fière de voir que les gens nous remerciaient"

LES HEROS DE LA 2e LIGNE - Un an après le premier confinement, cette semaine sur RMC, nous avons décidé de retourner voir "nos héros de la deuxième ligne". Caissières, routiers, livreurs, agriculteurs, éboueurs, comment vont-ils ? Quel est leur quotidien un an après ?

C’est souvent au moment du café, le matin, qu’Emilie repense au printemps de l’année dernière. Au début de cette crise sanitaire, cette caissière d'un supermarché de Chilly-Mazarin, travaillait déjà à l’accueil de cet établissement.

"On n'avait pas de masques, on n'avait pas de gel. On avait des employés qui étaient paniqués, qui avaient peur. On n'était pas préparés à ce qui allait arriver en fait", se souvient-elle.

Mais paradoxalement, elle décrit à ce moment-là des clients plus souriants, plus patients tout simplement plus gentils.

"J'étais fière au début quand on voyait que les gens nous remerciaient. On se disait qu'on se levait pour ça. Mais ça n'a pas duré longtemps. Quand la crise est passée, que tout s'est organisé, c'est redevenu comme avant. On a été vite oubliés."

"Je me suis demandée si ça valait le coup de prendre autant de risques pour gagner très peu"

Alors forcément, l’année écoulée a laissé des traces.

"Je me suis posée pas mal de questions. Je me suis demandée si ça valait le coup de prendre autant de risques pour gagner très peu. En plus c'est un métier qui n'est pas gratifiant. Les gens ne voient une caissière comme un docteur ou une infirmière. On se demande si ça vaut le coup, s'il faut continuer ou pas."

En attendant, Emilie continue à aller au travail tous les matins. Avec des envies de changement...

"Si je pouvais je serai avocate ! Mais non, en vrai dans ma boîte si je pouvais devenir manager ou un jour directrice j'aimerais bien."

Et puis elle rêve de la maison qu’elle à acheter dans l’Essonne. Elle devrait s’y installer avec son compagnon et ses enfants au mois de juillet.

Florian Chevallay (avec J.A.)