RMC

"Un cadeau empoisonné": ce jeune papa attend ses indemnités de congé paternité depuis cinq mois

Alexandre est papa depuis mars dernier. Cinq mois après avoir pris son congé paternité, il n’a toujours pas été payé par l’Assurance maladie. Un problème global qui touche des dizaines de milliers de personnes pour tous types d’indemnités.

L’histoire d’Alexandre est joyeuse et - somme toute - assez banale, de prime abord. Depuis le 30 mars dernier, il est l’heureux papa d’une petite Diane, née à Bourges, où il vit avec sa femme. Comme tous les papas, depuis le 1er juillet 2021, il bénéficie d’un congé paternité étendu: 28 jours contre 14 auparavant. Il a choisi, comme la loi le lui permet, de le poser en plusieurs fois: quatre jours au moins d’avril puis trois semaines du 21 juillet au 15 août. Le congé paternité est en effet désormais en partie fractionnable et peut être pris dans les six mois qui suivent la naissance.

Alexandre était ravi de pouvoir passer du temps avec sa femme et sa petite fille. C’était sans compter les galères administratives. Son congé n’a toujours été payé depuis cinq mois par l’Assurance maladie, soit 1.800 euros.

"Plus ça va, plus ça devient comme un nœud coulant qui se resserre, explique-t-il au micro de RMC. Au mois de juillet, on est passé dans le rouge. On n’a pas été à la mer avec les enfants comme on le faisait d’habitude. C’est un cadeau empoisonné. On l’entend souvent, c’est une avancée, c’est vrai. Un mois, c’est super. Mais au final, c’est un mois qui est gâché."

Un cas loin d'être isolé

Le cas d’Alexandre est malheureusement loin d’être un cas isolé. RMC l’annonçait début juillet, des dizaines de milliers de personnes n’arrivent pas à toucher leurs indemnités, qu’il s’agisse de congés maternité et paternité ou d’arrêts maladies. La faute au Covid, selon l’Assurance maladie. Avec 160.000 arrêts de travail quotidiens à traiter, les services traitant les dossiers sont paralysés et par conséquent, les indemnisations prennent du retard.

Mais ce n’est pas tout. Les documents fournis par l'employeur d'Alexandre ont été vraisemblablement perdus par l’Assurance maladie. La procédure pour le paiement de ce nouveau congé paternité est, en effet, totalement inadaptée. Les syndicats s’en plaignent.

"Depuis janvier 2021, il y a eu une modification de la législation qui permet dorénavant de fractionner leur congé paternité. Mais il n’y a pas de logiciel adapté pour suivre ce fractionnement, explique Marcin Berecochea, qui pilote la branche maladie à la CFDT. Donc les agents font tant bien que mal le suivi, notamment par des fichiers Excel. Il peut effectivement y avoir des loupés. C’est pour ça qu’il y a des délais qui sont rallongés. Ce sont des difficultés qui entrent vraiment dans un contexte général de retard de paiement des indemnités journalières."

Une dégradation des conditions de travail à la CPAM

Des salariés de diverses caisses d’Assurance maladie nous ont fait part de conditions de travail difficiles en ce moment. Ils ont du mal à fournir des réponses à des assurés en colère. Les syndicats ont d’ailleurs demandé à être reçus par le ministère de la Santé afin de négocier des effectifs supplémentaires.

Alexandre, lui, ne va plus devoir patienter encore longtemps avant de toucher ses 1.800 euros. L’équipe de "RMC s’engage pour vous", qui est intervenue sur ce dossier depuis le début de la semaine, a pu débloquer sa situation. Après cinq mois d’attente, la caisse d’Assurance maladie de Bourges a enfin validé le paiement de ses indemnités. Il reste en revanche impossible de connaître le chiffre actualisé des bénéficiaires qui sont encore en attente de paiement.

"RMC s'engage pour vous"
Contactez la rédaction de RMC à l'adresse mail rmcpourvous@rmc.fr

Amélie Rosique avec Nicolas Traino, Elise Denjean et MM