RMC

Vacances: la France fait le plein de touristes... français

Plus de 37 millions de Français ont décidé de partir en vacances en France cette année, c'est 4 millions de plus qu'une année sans Covid-19.

Cet été est un casse-tête pour les touristes. Cette année, il n'y a quasiment pas de logements disponibles à Nice: "On a du chercher beaucoup d'hôtel. On en a appelé 70 au moins. Finalement on est allé dans un camping, on a du acheter des tentes et des matelas gonflable pour pouvoir dormir", raconte Kylian. Même son de cloche du côté de Salima: "On a du prendre deux appartements en location qu'on a eu du mal à trouver. On ne les a trouvé qu'en scrutant pendant des jours et des jours les sites internet".

Et pour cause, les touristes français n’ont jamais été aussi nombreux en France. Plus de 37 millions de Français ont décidé de partir en vacances dans leur pays cette année, c'est 4 millions de plus qu'une année sans Covid-19 selon le cabinet Protourisme. Le secteur du tourisme enregistre même une hausse de 8% de chiffre d'affaires entre début juillet et mi-août.

"Dès qu'on a des annulations, cela se remplit dans la seconde"

L'affluence est marquée en moyenne montagne mais surtout sur les côtes françaises. Pour le plus grand bonheur des professionnels de la restauration et de l'hôtellerie. Un raz-de-marée que confirme Aude qui gère une maison d’hôte. Son planning ne désemplit pas: "On a du avoir une vingtaine d'appels par jour y compris de gens qui étaient à Nice et qui ne savaient pas où dormir. Et dès qu'on a des annulations, cela se remplit dans la seconde. On sera bien fatigué à la fin de la saison".

Pas de chambres vacantes, non plus, dans l’hôtel d’Azer à Nice. Sa clientèle principale ? Les touristes français toujours: "Plus de 70% des réservations sont des Français. C'est eux qui nous font du bien, on est très contents de ce côté-là". Et la saison est loin d’être terminée. Les hôtels sont pleins jusqu’à mi-septembre.

>> A LIRE AUSSI - 15, 20 ou 25 euros: quand les marques commencent à laisser aux clients le choix du prix

Manon Aversa (avec Guillaume Dussourt)