RMC

Suicide assisté: Paulette Guinchard, ancienne secrétaire d'Etat, met fin à ses jours en Suisse et relance le débat

LE PORTRAIT DE POINCA - L'ancienne secrétaire d'État chargée des personnes âgées a mis fin a ses jours jeudi par suicide assisté en Suisse.

C’est la mort d’une femme qui faisait l’unanimité chez elle à Besançon et en Franche-Comté. Une fille de paysan, issue d’une fratrie de huit enfants qui s’engage en politique dès ses 20 ans. D’abord dans le syndicalisme agricole catholique, puis au PSU de Michel Rocard puis au PS de François Mitterrand.

Elle va se faire élire maire-adjoint à Besançon et rester 25 ans au conseil municipal. Mais ce n’est pas un métier/ son métier, c’est infirmière en psychiatrie. Elle s’occupe d’enfants autistes.

En 1997, elle devient députée du Doubs. Et elle travaille sur la loi APA, sur l’allocation personnalisée d’autonomie. Puis Lionel Jospin l’a fait entrer au gouvernement comme secrétaire d’Etat aux personnes âgées, précisément pour mettre en place ce système d’aide financière pour les personnes âgées dépendantes.

"Par cet acte de liberté, tu as choisi la seule voie possible pour toi, celle de la dignité"

C’est son accomplissement, la trace qu’elle va laisser. Dans la vie, Paulette Guinchard est décrite par ses amis politiques comme accessible, modeste, naturelle avec un franc-parler. Benoit Hamon qui l’a côtoyé au gouvernement parle d’une femme incroyablement bienveillante.

Jeudi on a appris qu’elle venait de mettre fin à ses jours en Suisse où le suicide assisté est autorisé depuis des décennies. Ce n’est pas un acte d’euthanasie comme en Belgique. C’est une aide pour qu’une personne malade puisse elle-même mettre fin à ses jours. 

Paulette Guinchard était malade. Elle a choisi à 71 ans de partir comme elle l’entendait. Son ami, le député LREM Eric Alauzet, l'a salué jeudi en écrivant: "Par cet acte de liberté, tu as choisi la seule voie possible pour toi, celle de la dignité". 

La présidente du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay qui était elle aussi son amie, estime que sa décision ultime nous invite à réfléchir sur la fin de vie. C’est à dire a nous poser la question du suicide assisté. Le dernier acte de Paulette Guinchard a donc déjà relancé le débat.

Nicolas Poincaré (avec J.A.)