RMC

Taux des crédits immobiliers au plus bas: pourquoi c'est le bon moment pour investir ou renégocier son prêt

. Emprunter n'a jamais coûté aussi peu cher. Et évidemment, cela donne à certains des envies d’achats immobiliers. C'est une conséquence de la politique monétaire de la BCE .

C’est peut-être le bon moment de se lancer si vous voulez devenir propriétaire. En effet, les taux des crédits immobiliers n’ont jamais été aussi bas en France. En mai, ils ont atteint un taux d'intérêt moyen de 1,29%, toutes durées confondues, résume dans un communiqué l'observatoire Crédit Logement/CSA qui publie chaque mois une étude de référence sur le sujet. C'est moins que le précédent plancher, 1,33%, atteint fin 2016. Et c'est dix fois moins élevé qu'au début des années 90.

Maxime et sa compagne ont décroché leur prêt immobilier. Le taux: 1,55%. Ils vont pouvoir acheter une maison de 120 mètres carrés, ce qui n’était pas envisageable lors de leurs premières démarches il y a cinq ans. 

"Cela nous permet de rester dans Toulouse, alors qu’avec le même budget, on aurait dû s’éloigner si on avait eu un taux plus élevé. On peut également faire des travaux ; on rachète un bien ancien sur lequel on peut se permettre de faire une extension grâce à ces taux d’intérêt faibles", expliquent-il.

Possibilité de renégocier un prêt

Avec des taux bas, Christophe Llinas, courtier à Toulouse, reçoit dans son agence deux catégories de clients. 

"Aujourd’hui, on est confronté à deux types de populations; ceux qui veulent renégocier pour la 2e, voire pour la 3e fois leur crédit, donc actuellement, la période est hyper propice parce que les taux ont encore baissé, et des gens qui hier ne pouvaient pas investir, ou qui étaient encore un peu justes au niveau de leur apport ou de leur investissement, clairement la baisse des taux leur offre des possibilités qu’ils n’avaient pas par le passé", détaille-t-il. 

Si les taux sont historiquement bas, le délai de remboursement augmente: 19 ans en moyenne, aujourd'hui en France, contre 16 ans et demi en 2014.

Jean-Wilfrid Forquès avec Guillaume Descours