RMC

"C'est une drogue du 21e siècle": un tiers des Français vit avec la peur de ne plus avoir de batterie sur son téléphone

Selon un récent sondage, un tiers des Français vivrait avec la crainte permanente de ne plus avoir de batterie sur son téléphone. Un mal du 21e siècle où le smartphone remplace le doudou et a même un rôle de "mère".

Pour Apolline, son téléphone c'est indispensable. Alors avant d'aller faire les courses avec sa fille de 3 mois, cette mère de famille va d'abord faire une halte: "Je vais d'abord rentrer et charger mon téléphone puis je vais aller faire mes courses parce que j'ai ma liste de course sur mon téléphone et je sais que sinon je vais oublier quelque chose".

Et selon un sondage OpinionWay pour le fabricant chinois de smartphones Oppo, 34% ont cette phobie moderne de ne plus avoir de batterie. Principales craintes liées à cette situation, rater un sms ou coup de fil important (39%), se perdre sans GPS et arriver en retard (18%) mais aussi rater l'occasion de faire une story ou une photo (4%).

Car cette crainte se matérialise souvent. Bruno n'est pas aussi prévoyant qu'Apolline. Récemment, il s'est retrouvé à court de batterie au mauvais moment: "J'étais en voiture et j'avais besoin du GPS. Sauf que mon téléphone s'est éteint à ce moment. Sur le coup je me suis senti con parce que j'aurais pu économiser de la batterie en ne mettant pas de musique". 

Un objet pour combler l'absence de la mère?

Hors de question que cela arrivé à Marc. Pour ce pilote de ligne, ne pas tomber à court de batterie, c'est presque une obsession: "Je ne sors jamais de chez moi avec moins de 80% de batterie. Dès que je vois que ça descend, je le charge. C'est un peu une drogue du 21e siècle".

Une addiction que le psychologue Michael Stora, fondateur de l'observatoire des mondes numériques en sciences humaines, voit comme une peur de se retrouver seul.

Pour lui, le téléphone a le rôle d'un doudou: "Ce doudou va venir finalement combler l'absence de la mère, cela va être une sorte de palliatif. Au fond, cet objet est investi affectivement comme une sorte de manière de se sentir moins seul".

Et le praticien rappelle qu'il existe une solution toute simple pour ne pas s'ennuyer en cas de panne de batterie : parler aux gens autour de soi.

>> A LIRE AUSSI - Dénoncé par un voisin, un restaurateur devant la justice pour avoir servi des clients: il raconte sur RMC

Aymeric Dantreuille (avec Guillaume Dussourt)