RMC

Environ un Français sur trois a déjà fait un tour sur une application de rencontre

À défaut de pouvoir se draguer dans les bars, dans les boîtes de nuit ou dans les dîners entre amis. On se cherche sur les sites de rencontres. Désormais environ un Français sur trois a déjà fait un tour sur une application.

Le confinement a donné un gros coup d'accélérateur aux rencontres en ligne. Désormais, environ un Français sur 3 a déjà fait un tour sur une application de rencontre contre 1 sur 4 en 2018 selon une étude de l'Ifop pour Facebook, sortie mercredi. 

Il faut dire qu'en période de confinement et de distanciation sociale, compliqué de faire des soirées entre amis, ou des mariages. Les applications de rencontre Sybille n'y avait jamais pensé. Mais après une rupture à la fin de l'été, elle a décidé de sauter le pas.

"Je me suis dit pourquoi pas. Je sais que normalement j’aurais plus tendance à sortir avec mes amis, à rencontrer des gens. Et effectivement au niveau des soirées, là il n’y a rien” explique-t-elle. 

Alors juste avant le deuxième confinement elle "matche" avec un homme sur l'application Tinder. “Direct on s’est bien entendu, on a senti qu’on allait être confiné donc a pressé pour se rencontrer en vrai”, indique-t-elle. 

"Ludique et gratifiant"

Aujourd'hui, ils sont toujours ensemble, ils ont même été cas contact en même temps, si ça ce n'est pas de l'amour. Une histoire d'amour de 2020 en somme selon Pascal Lardellier est sociologue spécialiste des rencontres en ligne.

“Il y a eu une accélération du télé-enseignement, du télétravail, et la drague ne pouvait rester à l’écart de ça. D’autant plus que c’est ludique, gratifiant et addictif", décrypte-t-il. 

Addictif, au point même que selon plusieurs études les applications de rencontre seraient mauvaises pour l'estime de soi.

Martin Cadoret avec Guillaume Descours