RMC

Tombe du Général de Gaulle vandalisée: Macron propose son aide pour payer les réparations

La tombe du Général de Gaulle à Colombey-les-deux-Eglises (Haute-Marne), le 9 novembre 2015.

La tombe du Général de Gaulle à Colombey-les-deux-Eglises (Haute-Marne), le 9 novembre 2015. - François Nascimbeni - AFP

La tombe du Général de Gaulle a été vandalisée à Colombey-les-Deux-Eglises (Haute-Marne) hier après-midi, alors que la France célébrait la Journée nationale de la résistance. Le maire de la ville a réagi ce matin sur RMC.

Il était un peu plus de 17h hier lorsqu’un individu, visage découvert, est monté sur la tombe du Général de Gaulle dans le cimetière de Colombey-les-deux-Eglises (Haute-Marne) et a donné deux coups de pied sur le socle de la croix, provoquant sa chute. La scène a duré moins d’une minute, le tout sous l’oeil de la caméra de vidéo-surveillance.

L’auteur est âgé d’une trentaine d’années et n’a fait aucune revendication. Le procureur de Chaumont, Frédéric Nahon, précise que l’homme a craché sur la tombe mais selon lui, il est "peu probable" qu’il s’agisse d’un acte politique.

Cette dégradation a en tout cas provoqué beaucoup d’indignation dans la sphère politique, et ce jusqu’aux plus hauts sommets de l’Etat. L’Elysée assure que toutes les actions requises en réponse à cet acte seront conduite dans les meilleurs délais et promet une réparation rapide de la sépulture.

Le président de la République a même téléphoné au maire du petit village de Colombey-les-deux-Eglises, Pascal Babouot, qui témoignait ce matin sur l’antenne de RMC:

"Le président de la République m’a appelé juste après minuit pour me faire part de son indignation et de son soutien, tout simplement, en me disant 'Monsieur le maire, si vous avez besoin de quoique ce soit, vous pouvez compter sur moi.' Ça m'a touché, bien sûr, parce que le personnage du Général reste un personnage à part, et le fait que le président de la République soit ému et prenne la peine de m’appeler, c’est un soutien fort, évidemment."

Le maire a également évoqué le profil de l’homme recherché:

"Pour l’instant, ce que l’on sait, c’est que c’est un individu bizarre, qui est entré dans le cimetière comme d’autres touristes le font habituellement, mais lui est monté sur la tombe, a donné un coup de pied dans la croix de pierre blanche, qui s’est cassée pendant la chute. C’est une dégradation, il n’y a pas eu de profanation. Ceci dit la population et moi-même sommes quand même choqués de ce qu’il s’est passé et nous avons été surpris."

"La personne (qui a dégradé la tombe samedi, ndlr) a agi seule mais elle aurait été accompagnée par un autre individu qui était resté dans la voiture", a précisé le procureur de la République.

L'enquête se poursuit et aucune piste n'est privilégiée.

L.A., avec Benjamin Smadja, Anaïs Sainz et AFP