RMC

Tweets antisémites contre Miss Provence 2021: deux mois de prison avec sursis requis contre huit prévenus

"J’accepte leurs excuses, mais il me sera difficile de leur pardonner, je suis encore blessée" a déclaré la jeune femme à l’audience. La décision du tribunal sera rendue le 3 novembre.

Huit personnes âgées de 20 à 58 ans étaient jugées mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir posté des tweets antisémites visant April Benayoun, Miss Provence et première dauphine de Miss France 2021.

Lors de sa présentation au concours télévisé en décembre dernier, April Benayoun avait révélé ses origines israéliennes ce qui avait provoqué une pluie d’insultes sur les réseaux sociaux.

>> A LIRE AUSSI - Miss France 2021: enquête ouverte après des tweets antisémites visant Miss Provence

“Miss Provence est Israélienne cette chienne!”, “La haine que la représentante de ma région soit juive”... Face aux tweets lu par le tribunal, les prévenus regrettent, se défendent de tout racisme et parlent d’une bêtise. Cela ne convainc pas maître Ilana Soskin avocate de la Licra.

“Certains ont dit qu’ils ne savaient pas trop pourquoi ils ont fait ça… J’y crois à demi-mot surtout pour certains qui finalement revendiquaient qu’elle avait exprimé une opinion politique alors qu’elle avait juste dévoilé son origine. On n’a pas le droit de s’en prendre à une personne à raison de son origine, et de sa religion”, indique-t-elle.

Un impact dans la vie réelle

Parfois, j’ai du mal à faire la différence entre Twitter et la réalité, confie un jeune homme à la barre. April Benayoun Miss Provence tient à rappeler que ces insultes virtuelles ont bien un impact dans la vie réelle.

“Le message principal c’est bien sûr que toutes les personnes qui se cachent derrière leurs écrans arrêtent parce que ça peut énormément blesser. À l’heure d’aujourd’hui, je suis encore blessée par ce que j’ai subi durant l’aventure Miss France en décembre”, précise-t-elle.

A LIRE AUSSI - Propos antisémites contre Miss Provence: "Il ne faut pas banaliser l’expression de cette haine, au contraire"

April Benayoun et ses avocats estiment que le tribunal a saisi la gravité des faits. Deux mois de prison avec sursis ont été requis pour chacun des prévenus.

Jean-Baptiste Bourgeon avec Guillaume Descours