RMC

Le monde d’après…

-

- - -

Il y a autant de « mondes d’après » que d’experts s’exprimant sur notre avenir. Alors, de quoi sera fait ce futur ? À partir de vos témoignages, vos actions solidaires, vos visions, nous allons nous aussi faire une projection sur ce qui nous attend. Car notre futur c’est vous, entrepreneurs, et c’est nous, consommateurs et clients, qui le fabriquerons !

Un entrepreneur nous disait récemment : « Il faut d’abord être à la hauteur de la situation vis-à-vis de ses collaborateurs et de ses clients, s’installer dans le présent pour rassurer et mieux préparer l’avenir ». Pour s’en sortir, il faut donc garder un cap, tout en s’adaptant à l’évolution actuelle de notre société. Beaucoup de dirigeants ont déjà commencé à modifier leurs habitudes. « Nous avons changé. Vendre en prenant son téléphone pour refourguer son produit : c’est fini. Aujourd’hui il faut d’abord demander : comment puis-je vous être utile ? Tout en restant humble ».

Paroles, paroles…

Au-delà des « belles paroles », il faut agir, offrir des services très concrets aux clients, aux fournisseurs, aux collaborateurs. Il faut des actes, des comportements nouveaux. On doit garder en tête le triptyque souvent cité dans vos témoignages : Tête (idées, projets), Cœur (bienveillance, utilité, respect), Mains (actions concrètes), l’un n’allant pas sans l’autre dans cette nouvelle gestion de l’entreprise.

Mais allons encore plus loin ! Selon vos témoignages, l’idée de travailler en collectif sans penser uniquement concurrence « peut faire avancer plus vite ! ». Cette période permet de changer de paradigme. À l’initiative du Médiateur National des Entreprises, Pierre Pelouzet, un mouvement #DefiEntreprisesSolidaires a été créé pour permettre à chaque entreprise de partager bonnes et nouvelles pratiques afin de préparer l’avenir, en échangeant expériences, vécus et solutions.

Nouvelle ère économique ?

Certains grands groupes ont mis en place des dispositifs de respect des délais de paiement de leurs fournisseurs. C’est donc faisable. Le niveau des charges sociales dans ce pays pose question. « C’est cher, mais pour quel résultat ? », nous dites-vous régulièrement. Peut-être qu’une refonte intelligente de ces charges et autres taxes serait à envisager ? En effet, les résultats n’ont pas été au rendez-vous en matière de protection durant cette pandémie : « pourquoi payer autant quand on ne peut même pas avoir des masques ? ». Certes, ces masques ont fini par arriver. Mais à quel prix pour le grand public ou les collaborateurs d’une PME ! Sans parler des coûts liés aux autres solutions de protection.

Dans cette nouvelle ère économique, de nombreuses entreprises ont fait évoluer leur outil de production pour proposer de nouveaux produits ou services : leur agilité et leur adaptabilité sont remarquables. Le télétravail a aussi fait un bond considérable, même si bien sûr il ne remplacera jamais la relation humaine, nécessaire à bien des égards.

Prenons un peu de recul

Les Français s’expriment à travers différentes études, dont il ressort que l’environnement, l’agriculture et l’alimentation sont en tête des préoccupations. Ils espèrent à l’avenir des innovations, de nouvelles pratiques et des actions concrètes. Voilà qui constitue des opportunités pour beaucoup d’entrepreneurs de ces secteurs.

Nous pourrions aussi évoquer la (re)valorisation des métiers négligés, que certains qualifient même de « petits métiers », et dont on a enfin constaté qu’ils étaient essentiels ! Les circuits courts se sont développés à vitesse grand V, l’agriculture française est (enfin) entrée dans la grande distribution à des conditions acceptables. Les grandes enseignes qui, à coup de messages publicitaires, glorifient la production française, devront continuer.

D’ailleurs, reprenons ici un extrait de la lettre futuriste de Nicolas Chabanne, créateur de la marque « C’est qui le patron !? » (Lauréat National en 2018 des Trophées PME RMC), imaginant le monde de 2040 : « C’est incroyable de voir comment tout a évolué, surtout quand on se rappelle qu’en 2020, chaque jour un agriculteur en France se suicidait. Dorénavant, tout le monde prend grand soin d’eux, comme d’un patrimoine vital. Ils nous nourrissent ! Cette prise de conscience collective a permis de sauver les dernières exploitations en difficulté à travers toute la France grâce à une formidable mobilisation des consommateurs. » Et d’ajouter : « Tout est plus simple aujourd’hui et plus durable [NDLR : en 2040]. Le fait de réfléchir collectivement, décider collectivement et agir collectivement a tout changé. Cette immense « murmuration » à laquelle nous participons tous a tout rendu possible et les nouveaux outils d’interconnexion y sont bien sûr pour beaucoup ». « Nous avons avancé de 20 ans durant ce confinement » nous confiait un entrepreneur il y a quelques jours. Poursuivons sur cette belle lancée !

Enfin, nous pouvons aussi évoquer le développement de l’économie solidaire ou encore l’explosion du Made in France (forcée, certes, en raison des difficultés de transports internationaux, mais faisons perdurer cet élan). Autre point : cet été, les vacances sont en France. Il y a, là aussi, des offres à imaginer.

N’oublions pas que les nombreuses actions solidaires de nos entreprises nous ont démontré qu’elles doivent jouer un rôle central dans notre vie quotidienne en pleine mutation. Plus de solidarité entre entreprises entraîne plus de confiance, donc plus de respect ! Un nouvel esprit pourrait naître. Malraux aurait dit « le 21è siècle sera spirituel ou ne sera pas » ? Reste à faire les bons choix. La niaque des entrepreneurs, que nous avons ressentie dans vos témoignages, nous donne un bel espoir pour l’avenir. On y croit ! Le monde d’après, c’est aujourd’hui ! Prenez soin de vous.