RMC

Les Trophées PME RMC : « Le compte est bon, ou presque… »

art3

art3 - rmc

Malgré la crise sanitaire, la France est devenue en 2020 l’un des pays d’Europe les plus attractifs pour les investisseurs. Avant de découvrir le bilan 2020, les startups françaises auraient déjà levé plus de 5 milliards d’euros. Les aides gouvernementales ont certainement aussi contribué à maintenir un fort niveau d’attractivité de nos entreprises innovantes.

2021 ne s’annonce pas de tout repos, mais les indicateurs, en cette fin d’année pour la France, sont encourageants. En restant prudent, et en attendant l’heure de vérité avec les bilans annuels des entreprises au 31 décembre, le nombre de défaillances à l’automne dernier était en baisse de 40% mais attention, les aides gouvernementales ont fait leur effet. Le moment de vérité sera le 2e trimestre 2021.

En attendant, pourquoi ne pas profiter de ce répit pour rebondir ? Se restructurer, avancer ?

Les investisseurs ne semblent pas effrayés par cette situation en regardant le niveau de leurs investissements en 2020 qui dépassent les 5 milliards d’euros.
Une étude très sérieuse (référente dans le domaine) du fonds d’investissement européen Atomico, nous dit que la France devrait devenir cette année le premier pays en Europe pour les levées de fonds.
Enfin, selon les projections de la banque d’affaires Avolta Partners, les startups françaises auront levé 5,5 milliards d'euros en 2020. Un record.

Et en y regardant d’un peu plus près, voici quelques exemples de levées de fonds.

Woodoo, la startup parisienne spécialisée dans les jeux pour smartphone a séduit le géant chinois Tencent qui a investi 400 millions de dollars, valorisant ainsi la « petite » société française, concurrente de Candy Cruch, à 1,4 milliard de dollars. C’est une nouvelle licorne.

Autre nouvelle licorne (entreprise dont la valorisation dépasse 1 milliard d’euros) : Mirakl, spécialiste de solution de e-commerce a levé 300 millions de dollars. L’entreprise est valorisée 1,5 milliard d’euros.

Plus récemment, Innovafeed, PME « Créative » lauréate régionale des Trophées PME RMC 2020, vient d’ouvrir son usine de production de protéines à base d’insectes et a levé 140 millions d’euros. Cette opération devrait lui permettre de créer sa seconde usine aux États-Unis.

Qonto, la néo-banque, candidate aux Trophées PME RMC 2019, vient de lever 104 millions d’euros.

Exotec, lauréat national des Trophées PME RMC en 2019, fabricant de robots industriels, a levé 77 millions de dollars.

Mais n’allez pas croire que tous les investissements en 2020 ont dépassé les 100 millions ! Castalie, par exemple, nommé coup de cœur du jury Bassin Parisien des Trophées PME RMC 2020, créateur de purificateur d’eau du robinet et fervent défenseur de l’environnement a levé 2,1 millions d’euros lors du premier confinement.

Par ailleurs, la PME a décidé de changer de statut pour devenir une « entreprise à mission » qui l’implique davantage dans le respect de l’environnement. En choisissant ce statut, la PME précise sa raison d’ÊTRE ou, dit autrement, pourquoi existe-t-elle et quel est son rôle dans notre société ?

Affirmer son positionnement clairement est certainement, d’après ce que nous avons vu dans vos dossiers de candidature, une clé pour l’avenir. Mais attention, si les investisseurs sont toujours là, nous allons vivre encore beaucoup d’incertitudes économiques dans notre pays mais aussi à l’international avec par exemple le Brexit ou encore une guerre économique entre les États-Unis et la Chine.

Mais gardons à l’esprit qu’en 2020, nous avons tous été très innovants et inventifs ! Profitons donc encore des prochains mois pour continuer à se réinventer pour mieux affronter d’éventuels nouveaux chocs. Les entrepreneurs qui auront ou sauront anticiper, tireront leur épingle de ce (mauvais ?) jeu.