RMC

Benoît Serres: "Cinq jours de télétravail par semaine, ça ne fonctionne pas, parce que l'entreprise n'existe plus"

L'année dernière, la rentrée était placée sous le signe du télétravail. Mais cette fois-ci, seuls 4% des Français travaillent à temps plein à domicile.

La rentrée approche et avec elle, la question du télétravail redevient centrale au sein des entreprises. En effet, depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19, le télétravail s’est très largement démocratisé. Nombre sont les entreprises qui ont imposé celui-ci à ces employés.

>> A LIRE AUSSI - Rentrée et mesures barrières: qui va encore télétravailler?

Et ces derniers s’y sont plutôt bien habitués. Avec l’avancée de la vaccination, le 100% distanciel a pratiquement disparu des open-spaces qui recommencent à se remplir. Mais il existe bien deux points de vue entre les salariés qui voudraient télétravailler un maximum et ceux qui ne le souhaitent pas.

Pour Alexia Laroche-Joubert il faut trouver un juste-milieu, comme par exemple, deux jours télétravaillés par semaine. “Il y a des chiffres qui l’atteste, les personnes qui télétravaillent, travaillent plus parce qu’ils économisent sur leur temps de trajet, ils ne vont pas boire des cafés avec leurs collègues même si cet aspect-là peut poser un problème parce qu’il faut conserver une vie d’entreprise. C’est pour ça que je suis opposé au 100% télétravail”, justifie-t-elle.

"Une entreprise c'est un collectif"

Un avis que semble partager Benoît Serres, vice-président de l'association nationale des DRH. 

“Le télétravail, c'est positif. D’ailleurs, il ne modifie pas sur le long terme la productivité. Ceux qui ne font rien au bureau ne font rien chez eux et ceux qui travaillent au bureau travaillent chez eux. Donc je pense qu’on ne reviendra pas en arrière et c’est très bien. Mais moi, je pense que 5 jours par semaine, ça ne marche pas parce que l'entreprise n’existe plus. On ne va pas faire des entreprises sans gens non plus, car l’entreprise, c’est quand même un collectif”, appuie-t-il.

Une réunion avec la ministre du Travail Elisabeth Borne et les partenaires sociaux doit se tenir dans les prochains jours. Trois scénarios pour adapter les règles du télétravail sont à l'étude selon le journal Le Parisien.

Guillaume Descours