RMC

Covid: le coup de gueule de Périco Légasse sur l’absence de contrôles aux frontières

Dans "Estelle Midi" ce vendredi sur RMC, Périco Légasse a poussé un coup de gueule contre l’absence de contrôles aux frontières face à la recrudescence des cas de Covid.

Mauvaise surprise pour Périco Légasse. A son retour en France ce vendredi, le membre d’"Estelle Midi" a pu voir qu’il n’y avait pas de contrôle aux frontières concernant le Covid, en forte recrudescence ces derniers jours. "J’arrive de Lausanne ce matin, a expliqué le chroniqueur gastronomique sur RMC ce vendredi. La Suisse est dans un état de panique total. Ils sont frappés parce qu’ils ont une sous-vaccination. Ils ont un problème de personnel, ils manquent de lits, surtout dans la partie alémanique. Je n’ai eu aucun contrôle pour venir. Il y a des gens qui montaient dans le TGV… C’est hallucinant !"

"Moi, je dis que ce gouvernement a fait ce qu’il fallait, a ajouté Périco Légasse. Le seul problème de la France, c’est qu’elle l’a fait tardivement. La théorie, c’est qu’on attend d’être sûr. Mais en attendant, il y a des dégâts. Là, nous sommes confrontés à un phénomène majeur. Il y a un burn out dans le personnel hospitalier. Ils sont sous pression, ils lâchent. On ne peut pas leur reprocher, ils n’en peuvent plus. On a réduit le nombre de lits, c’est hallucinant... La facture va être tragique. Jusqu’à présent, les pouvoirs publics, le gouvernement, le corps médical, il y a une réaction cohérente, courageuse, opportune, quelquefois intelligente, même si elle était un peu à retardement."

"La France est une passoire aujourd’hui"

Ce constat sur l’absence de contrôles a donc conduit Périco Légasse à pousser un coup de gueule dans "Estelle Midi": "Aujourd’hui, il y a la 5e vague, le vaccin perd de l’effet, et il y a trop de gens pas vaccinés… Et on rentre en France… Il faut, à un moment donné, pas que les frontières soient fermées, mais on contrôle ! Des contrôles drastiques ! Est-ce qu’on peut contrôler aux frontières les gens qui rentrent, avec des tests ? Je n’ai pas dit de fermer la France, de la barricader. Est-ce qu’on peut, pour sauver des vies, juste contrôler les gens qui rentrent dans le pays ? Est-ce qu’on peut rétablir des policiers, des douaniers ? Et on regarde. Ça prend un peu de temps mais on l’a fait pour le terrorisme, on mettait une heure pour rentrer à Orly. (…) La France est une passoire aujourd’hui, on ne sait pas comment ça va varier, on ne sait pas quel type de virus on peut avoir. Je pensais qu’au bout de deux ans, on dirait qu’on peut contrôler un peu les frontières et tester. Les pays qui s’en sont sortis, ce sont ceux qui ont testé. C’est encore la solution."

LP