RMC

Fauteuil, tablette, téléphone... quand la technologie se met au service du handicap

"C'EST CA LE PROGRES" - C'est la semaine pour l'emploi des personnes handicapées. La technologie se met alors au service du handicap. Cela représente un véritable enjeu. Quelles sont les innovations à venir?

À l’occasion de la semaine pour l’emploi des personnes handicapées, coup de projecteur sur quelques innovations pour favoriser l’accessibilité dans le monde du travail. Un vrai enjeu technologique.

Trois illustrations, pour trois types de handicaps, car le sujet est évidemment très vaste. Pour les personnes à mobilité réduite d’abord, on voit arriver plein d’innovations pour réinventer, ou augmenter le fauteuil et le rendre plus pratique dans un environnement professionnel. Comme par exemple le “gyrolift”, conçu par une start-up française.

>> A LIRE AUSSI - La belle histoire de Roxane, handicapée, qui rêve de faire la course "SaintéLyon"

Pensé notamment pour la mobilité en entreprise, sa particularité, c’est qu’il est ultra maniable et qu’il permet de se déplacer aussi bien assis que debout. C’est un fauteuil qui s’inspire du segway, avec un système de stabilisation automatique. Ultramaniable, on va orienter son mouvement en se penchant vers l’avant ou sur les côtés. On peut tourner à 360 degrés sur place, donc déjà en termes de maniabilité, c’est beaucoup mieux qu’un fauteuil classique.

Et surtout, il est équipé d’un système de verticalisation. Autrement dit, il a un châssis robotisé qui lui permet, à la demande, de surélever son passager. Sur la simple pression d’un bouton, le siège du fauteuil va se déplier et se rehausser de plusieurs dizaines de centimètres, pour permettre d’avoir une discussion les yeux dans les yeux avec son interlocuteur, ou pour atteindre une étagère trop élevée, presque comme un exosquelette finalement. Enedis, Dassault Systèmes ou encore Thalès seront parmi les premières entreprises à l’utiliser lorsqu’il sera commercialisé. Cette maniabilité va permettre de maintenir l’accessibilité à certains emplois ou en ouvrir d’autres à des personnes en fauteuil.

Un téléphone pour les sourds et malentendants

Pour les non-voyants, des tablettes et des smartphones, capables de transcrire le braille en temps réel.

Des tablettes numériques en braille qui coûtent encore très cher capables de traduire en temps réel le contenu d’un mail ou d’une page internet que je consulte, en braille avec des lignes d’où vont sortir et rentrer en permanence des petits picots. En fait, c’est du texte en braille qui correspond à la page qu’on est en train de consulter, ça peut être un mail par exemple. Et puis sur la surface de la tablette, on a des espaces creusés dans le verre, sur lesquels on peut poser ses doigts, c’est l’équivalent d’un clavier azerty pour les voyants.

Mais l’étape d’après, ça va être d’utiliser ce qu’on appelle des écrans haptiques, à retour de force. En fait, ce sont des micro-vibrations qui vont se créer à la surface de l'écran au fil des mouvements du doigt et qui vont vous donner l'illusion que vous touchez physiquement quelque chose. Du texte en braille pourquoi pas, qui va sortir au fur et à mesure de l’écran. Mais aussi ressentir la présence d'un bouton. Ou encore “toucher” une image.

Derrière, il y a un autre sujet, celui de l’accessibilité numérique. Le fait de rendre les outils qu’on utilise en ligne, des sites internet, des logiciels, des applications, accessibles à des personnes handicapées, il faut qu’ils soient codés pour ça. Gros retard sur ce point en France, alors que c’est une obligation légale. Ça s’est beaucoup ressenti au moment du confinement, car beaucoup d’outils de télétravail ne sont pas adaptés.

Autre outil, une application qui permet aux sourds et aux malentendants de téléphoner.

Ça s’appelle RogerVoice. Une appli française dont le principe est très malin, puisque cette application va sous-titrer les appels téléphoniques. Vous tapez le numéro de votre correspondant, et quand il décroche, tout ce qu’il dit à voix haute va s’afficher instantanément sous forme de texte sur l’écran de votre téléphone. Et bien sûr, ça fonctionne dans les deux sens. Si une personne muette écrit quelque chose, ça va être transformé en forme orale pour son interlocuteur. L’application est capable de retranscrire une quarantaine de langues. On peut aussi citer les JV, qui commencent à être traduits en langue des signes, avec un traducteur en bas de l’écran. En attendant des systèmes d’intelligence artificielle qui lit sur les lèvres de façon plus efficace que n’importe quel être humain.

Anthony Morel