RMC

Un chèque de 600 euros pour les télétravailleurs: le coup de gueule d'Estelle Denis contre cette proposition de loi

Une députée de la majorité propose que le gouvernement offre la possibilité aux entreprises de donner un chèque de 600 euros par an à ceux qui auraient décidé de télétravailler. Il s'agit surtout d’une allocation défiscalisée pour ceux qui auraient recours aux espaces de coworking.

Depuis le début de la crise du Covid-19, le télétravail s’est largement démocratisé. Pendant les différents confinements, certaines entreprises sont passées au tout télétravail, et depuis celui-ci a perduré avec des rythmes différents.

>> A LIRE AUSSI - Sur RMC, le Medef invite à "se remobiliser sur le télétravail, sans obligation"

Alors que le gouvernement a appelé les entreprises à de nouveau renforcer le télétravail face à la cinquième vague, une députée de Haute-Savoie, Frédérique Lardet, a déposé mi-novembre une proposition de loi pour créer un “forfait de télétravail” de maximum 600 euros par an. Cette allocation, qui sera défiscalisée et exonérée de cotisations pour l’entreprise, pourrait permettre aux salariés de faire une “note de frais” pour les charges dues au télétravail comme l’électricité ou encore le chauffage.

"Il y a une injustice entre ceux qui travaillent et ceux qui voudraient travailler, mais ne le peuvent pas à cause de leurs salaires. Et ce sont les mêmes qui subissent la distance domicile-travail. Pour moi, c’est le bon timing pour cette proposition de loi parce que le télétravail et le défraiement à hauteur de 2,50 euros par jour, c’est dans le droit. Donc moi, je veux le prolonger en permettant aux travailleurs de télétravailler à proximité de chez eux s’ils ne peuvent pas le faire chez eux”, explique la députée jointe dans l’émission “Estelle Midi” sur RMC.

Une injustice pour ceux qui ne peuvent pas télétravailler?

Une proposition qui fait littéralement bondir Estelle Denis, qui dénonce le fait que cette loi, si elle est pensée pour réduire les inégalités entre les travailleurs, les augmente en revanche entre les télétravailleurs et ceux qui doivent aller au bureau.

“Vous, vous allez au bureau, vous êtes dans une grande ville, vous vous tapez les transports en commun, vos collègues de bureau que vous n’appréciez pas forcément d’ailleurs et vous apprenez qu'il y a votre collègue qui fait le même travail que vous et qui est en télétravail à l’île de Ré, qui va avoir une prime de 600 ans euros. Super !”, dénonce-t-elle.

Un avis que partage Christophe, auditeur RMC, conducteur d’engins dans le Maine-et-Loire.

“Je trouve que c’est vraiment choquant ce chèque de 600 euros. Qu’est-ce qu’on fait pour un électricien, un paysagiste, qui va dehors tout le temps et qui ne télétravaille jamais. Est-ce qu’on leur donne une prime de 600 euros à eux aussi?”, demande-t-il.

La députée, Frédérique Lardet, souhaite que sa proposition de loi soit étudiée rapidement pour une mise en place d’ici fin 2022.

Guillaume Descours