RMC

Vous renoncez à acheter un vélo par peur du vol? Voici les solutions

Beaucoup de Français, et spécialement dans les grandes villes, renoncent à acheter un vélo par peur de se le faire voler. Même s’il n’y a pas de technologie infaillible, les fabricants font quand même quelques progrès.

Le vol de vélo est un fléau. Il n'y a pas de statistiques précises, mais selon les spécialistes qui se sont amusés avec les chiffres, plus de 1.000 vélos seraient volés par jour, soit près d'un par minute, et environ 400.000 par an.

Alors les fabricants de vélos électriques intègrent pas mal de technologies, des alarmes, des systèmes de blocage, des traceurs pour retarder ou au moins décourager les voleurs. Mais pour les vélos classiques, une petite disqueuse portative et le tour est joué.

D’où l’intérêt d’aller un peu plus loin. Notamment avec le Tibike, conçu par la startup Ticatag, qui intègre un tracker GPS qui n’en a pas l’air. Il se présente sous la forme d’un avertisseur lumineux à venir placer sur la tige de la selle ou porte-bagages du vélo.

C'est un réflecteur pour être vu par les automobilistes, mais surtout il détecte les vibrations après une période d’inactivité prolongée (> 5 min) pour avertir si besoin l’utilisateur par SMS, mail ou notification. Il fait également office d’alerte anti-dégradation en vous prévenant si celui-ci est bousculé. Les alertes sont envoyées sur un smartphone via l’app qui lui est dédiée. En outre, il vous sera possible de recevoir en temps réel sa position via SMS. A l’intérieur, une carte SIM est connectée aux réseaux opérateurs, et on peut avoir l'historique complet depuis un ordinateur via un lien Google Maps. Le prix: 169 euros.

Un autre système est inspiré de l'antidémarrage des voitures

La nouvelle génération d'antivols est inspirée du mécanisme anti-démarrage des voitures. Aujourd'hui, il est impossible de démarrer la plupart des nouveaux véhicules si l'on a n'a pas la clef sur soi. La startup PentaLock met actuellement au point une télécommande du même genre pour les vélos. 

Dès que l'on s'en écartera de quelques pas, le pédalier se bloquera automatiquement et le vélo sera immobilisé. Et si un voleur le secoue ou essaie de l’embarquer, un détecteur de mouvement sonnera l’alarme.

Le système ne sera pas vendu indépendamment mais installé directement à l'usine. Le seul moyen de l’enlever serait donc casser le pédalier et de rendre le vélo inutilisable. Pour plus de sécurité, le système ne sera vendu qu'aux fabricants de vélos et ne sera donc disponible que sur leurs prochains modèles, identifiables grâce à un cercle jaune vif autour du pédalier.

Les premiers modèles du genre devrait être commercialisés dans les semaines à venir, mais on ne sait pas encore chez quel fabricant. Une alternative pratique au U ou à la chaîne, très lourds et encombrants. D'autant que même les modèles haut de gamme peuvent être découpés à la disqueuse ou crochetés par des experts.

Après tout ça, on peut encore ajouter une autre protection: l’antivol connecté qui sonne l’alerte

Plus classique, il s’agit d’un antivol en U conçu par la marque allemande Abus. Un tube d’acier de 13 mm de diamètre, alors que c'est minimum 6 mm pour se faire dédommager par son assureur. Mais pas de clé physique ou de code pour l’ouvrir. Tout se passe via son smartphone. C’est à partir de l’appli que l’on verrouille/déverrouille le U et donc le vélo.

C’est son truc: une serrure commandée par son smartphone à travers une connexion Bluetooth et une application. Lors de l’installation, il suffit de scanner le code fourni pour que l’antivol soit identifié et appairé. Bon point: l’antivol peut être utilisé par plusieurs personnes si on le partage en famille. C’est l’administrateur qui distribue les autorisations, comme avec une serrure connectée à l’entrée d’une maison. 

Dès lors, quiconque disposant de l’application et étant autorisée pourra le déverrouiller. Cerise sur la techno: une sirène de 100 dB incluse qui se déclenche durant quinze secondes en cas de mouvements intenses. Le prix: 165 euros.

>>> A LIRE AUSSI - Augmentation du taux du livret A: qu'est-ce que ça va changer?

Frédéric Simottel (édité par J.A.)