RMC

3.500 employés d'Uber licenciés d'un coup en visio: "Déshumanisé et abominable"

Les Grandes Gueules sont revenues ce mardi sur le licenciement immédiat par visioconférence de 3.500 employés d'Uber aux USA.

Face à la chute des trajets en VTC un peu partout dans le monde à cause de la pandémie, Uber, le leader du secteur, a décidé de licencier environ un quart de ses salariés et de réduire drastiquement toutes les dépenses ne relevant pas de son coeur de métier.

Le groupe américain avait déjà fait part de la suppression de 3.700 emplois début mai. Il a annoncé lundi qu'il allait licencier 3.000 salariés supplémentaires.

Plus loin que le licenciement, la manière a interpellé beaucoup de gens. Uber s'est simplement fendu d'une visioconférence de groupe pour expliquer aux concernés que c'était leur dernier jour avec l'entreprise. Un méthode qui a choqué beaucoup de monde sur les réseaux sociaux.

L'avis des GG

Marie-Anne Soubré (avocate): "C’est totalement déshumanisé. On envoie la DRH leur dire que c’est leur dernier jour, c’est abominable. C’est là que tu te dis qu’en France heureusement qu’on a un droit du travail qui protège et qui évite ce genre de licenciement en 1’30”. Ravie que la France ait un droit du travail qui évite cette méthode ignoble."

Zohra Bitan (cadre dans la fonction publique): "La façon dont on vit influe sur la façon dont on travaille. La méthode est insupportable, c’est toute la déshumanisation. C’est flippant on a peur du covid mais on ne mesure la peur des classes moyennes touchées de plein fouet. La méthode est violente mais le résultat va être le même en France. Pendant combien de temps va-t'on pouvoir maintenir nos entreprises sous perfusion ?"

Etienne Liébig (éducateur): "Je trouve qu’en Europe il y a eu un système de matelas qui a permis de tenir le coup. Il faudrait qu’on redémarre vite et qu’on fasse vivre l’ensemble des entreprises. Ce qui est fou c’est que le patron d’Uber ne soit pas assez courageux pour parler à ces 3.500 salariés qu’il vire, qu’il envoie sa DRH, il fait quoi il fait son golf ? C’est une ordure.”

J.A. avec AFP