RMC

Coronavirus: que risque Donald Trump à prendre de l'hydroxychloroquine en traitement préventif?

Donald Trump a de nouveau surpris tout le monde en annonçant lundi soir qu'il se traitait préventivement à l'hydroxychloroquine, ce qui n'est pas sans risques selon le Pr Drici du centre de pharmacovigilance de Nice.

Le président des Etats-Unis Donald Trump a révélé lundi qu'il prenait de l'hydroxychloroquine à titre préventif contre le coronavirus, au mépris des recommandations des autorités sanitaires américaines. "J'en prends depuis une semaine et demie (...) je prends un comprimé par jour", a-t-il expliqué lors d'un échange avec des journalistes tout en précisant qu'il n'était pas malade.

Le professeur Milou-Daniel Drici, responsable du centre de pharmacovigilance de Nice, était l'invité des Grandes Gueules ce mardi pour évoquer ce sujet.

"L'hydroxychloroquine n’a pas pour l’instant de caractère indiscutable d’efficacité quelconque contre le Covid-19"

"Ca apparait comme une déclaration de bon sens, mais c’est relativement dangereux. Sachant qu’il s’agit de l’hydroxychloroquine et pas de la chloroquine. C’est un médicament certes connu, utilisé à large échelle pour d’autres pathologies et dont on accepte les risques puisqu’il est efficace face au lupus ou la polyarthrite rhumatoïde.
Mais l'hydroxychloroquine n’a pas pour l’instant de caractère indiscutable d’efficacité quelconque contre le Covid-19. En cette absence d’efficacité indéniable elle présente les mêmes risques que pour les autres pathologies. Donc le rapport bénéfice-risque est négatif."

Qu'à-t-on à perdre? "La vie"

Le risque étant lié aux effets indésirables qui restent sérieux.

"Certes les effets indésirables sont relativement rares quand on en parle, on a estimé a minima entre 0,5 et 2%. 2% ce n’est pas beaucoup, mais c’est beaucoup s’il n’y a aucun bénéfice.
A la question 'Qu’à t’on à perdre?' un de mes anciens collègues a répondu: 'On a le risque de perdre la vie'. Des risques de mort soudaine ou inexpliquées qui ont été décrites, des risques de trouble du rythme ventriculaire, des risques de troubles de la conduction avec des bradycardie, et des risques de prolongations de l'intervalle QT mesuré à l’électrocardiogramme."
J.A.