RMC

Affaire des écoutes: "Sarkozy s'est comporté comme les racailles qu'il voulait karchériser"

Les Grandes Gueules sont revenues ce jeudi sur le renvoi définitif de Nicolas Sarkozy devant la justice. Ce sera le premier ancien président de la République à être jugé pour corruption.

Les magistrats veulent-ils la peau de Nicolas Sarkozy ? Certains dénoncent un acharnement envers l'ancien président de la République qui sera le premier ex-chef de l'Etat jugé pour corruption. La justice a en effet définitivement validé son renvoi devant le tribunal correctionnel dans l'affaire dite des "écoutes".

La Cour de cassation a donc rejeté mardi les derniers recours formés par l'ancien chef de l'Etat, son avocat et ami Thierry Herzog et l'ex-haut magistrat Gilbert Azibert qui tentaient d'éviter un procès.

Les Grandes Gueules sont revenues ce jeudi sur cette situation exceptionnelle et ouvrent le débat en se demandant si la justice s’acharne sur l’ancien chef d’Etat.

"Je ne crois pas que la justice s’acharne contre lui"

Joëlle Dago-Serry, chargée de clientèle dans le social, estime qu’au contraire c’est tout fait normal que les comportements suspects de Nicolas Sarkozy soient traités comme s’il était un justiciable comme un autre.

"Je me met dans la place d’une électrice que je suis. Je constate qu’il se fait appeler Paul Bismuth, qu’il téléphonait avec des cartes pré-payées, et pour moi c’est un président qui se comporte là comme les racailles qu’il voulait karchériser. Où j’ai grandi il y a des gens avec leurs mini-téléphones pour dealer et M. Bismuth se comporte comme ceux qu’il dénonçait. Je ne crois pas que la justice s’acharne contre lui."

Nicolas Sarkozy, qui a exclu récemment tout retour au sein des Républicains, plombés par leur déroute aux européennes, vit sa retraite politique sous pression judiciaire: à côté des dossiers Azibert et Bygmalion, il a été mis en examen en mars 2018, notamment pour corruption passive, dans l'affaire libyenne.

Les GG