RMC

Alexis Corbière sur RMC: "Je ne veux pas de vieux pauvres dans le pays"

-

- - -

La rentrée s’annonce mouvementée pour le gouvernement avec notamment le dossier de la réforme des retraites. Sur le plateau des Grandes Gueules, le député La France insoumise Alexis Corbière regrette la volonté de l’exécutif à vouloir faire partir les Français toujours plus tard à la retraite.

Dans une interview à nos confrères de France 2, Emmanuel Macron a récemment changé son fusil d’épaule au sujet de la réforme des retraites, attendue d’ici la fin d’année. Le chef de l’État a expliqué vouloir finalement appliqué un système basé sur la durée de cotisation plutôt que sur un âge pivot.

Invité des Grandes Gueules ce jeudi, Alexis Corbière a fustigé la volonté du gouvernement de vouloir "repousser l’âge de la retraite quelle que soit la mécanique". Le député "insoumis" de Seine-Saint-Denis ne se "félicite pas que dans un pays riche comme le nôtre on parte à la retraite à l’âge de 65 ou 66 ans".

"Une bonne chose de partir à 60 ans"

"Quel modèle de retraite voulons-nous?, questionne-t-il. Aux États-Unis, beaucoup de personnes âgées travaillent pour compléter leur retraite. C’est un problème. Aujourd’hui, l’âge des personnes en bonne santé est de 63,6 ans. Je pense que c’est une bonne chose de partir à 60 ans. On peut le faire".

"C'est de l'enfumage de la part du gouvernement"

Alexis Corbière pointe du doigt une certaine hypocrisie d’Emmanuel Macron.

"Pourquoi le gouvernement fait ça? Les gens ne voudront pas partir à la retraite trop tardivement surtout s’ils ont eu une période de chômage par exemple, explique-t-il. Du coup, ils vont partir à la retraite avec des décotes, des retraites incomplètes et cela va faire le bonheur des assurances privées. C’est de l’enfumage de la part du gouvernement. Ce business des assurances va fleurir. Chacun va avoir un système de retraite différent selon l’organisme dans lequel il cotisera".

"C'est du flan"

"Je ne veux pas que des riches cotisent à des bons organismes et des plus pauvres qui cotisent à des organismes qui font bien souvent faillite. En réalité ce n’est pas un problème "du droit de partir à la retraite" comme nous le dit Macron. Ça, c’est du flan ! La réalité, c’est : avec quel type de retrait on va partir. Si c’est pour partir à la retraite en étant pauvre, je n’en veux pas. Je ne veux pas de vieux pauvres dans le pays".
Maxime Trouleau