RMC

"Aux États-Unis, il soutiendrait le Ku Klux Klan": le soutien de Neymar à Bolsonaro fait polémique

Dans une vidéo publiée sur Tiktok, le footballeur brésilien Neymar a appelé à voter Jair Bolsonaro pour l'élection présidentielle ce dimanche. Une vidéo qui fait réagir jusqu'en France et notamment les "Grandes Gueules" de RMC et RMC Story, qui pointent la déconnexion du joueur avec la réalité brésilienne.

C'est la vidéo polémique du jour. Neymar a apporté son soutien au président sortant du Brésil, Jair Bolsonaro, candidat à sa réélection, ce dimanche, lors de l'élection présidentielle brésilienne.

L'attaquant du PSG, premier footballeur de la sélection brésilienne en activité à s'exprimer sur le scrutin, mime dans cette vidéo publiée sur Tiktok, où il compte 8 millions d'abonnés, le numéro "22", numéro de vote du candidat d'extrême droite à la présidentielle, sur une chanson appelant explicitement à voter Bolsonaro.

Rapidement, le chef de l'État brésilien, candidat à sa réélection et distancé dans les sondages par son concurrent de gauche Lula, a remercié Neymar sur les réseaux sociaux.

"L'extrême droite de l'extrême droite"

Dans "Les Grandes Gueules", ce vendredi sur RMC et RMC Story, les réactions ont été vives à cette sortie du footballeur de 30 ans. "Quand on connaît les propos de Bolsonaro et ses idées sur les noirs, les gays, les femmes, l'écologie... Neymar, s'il était aux États-Unis, il soutiendrait le Ku Klux Klan" a jugé Mourad Boudjellal, qui estime cette prise de position "aberrante".

"Bolsonaro, c'est ce qu'il y a de pire en politique. Sa politique pendant le Covid a été responsable d'un (grand) nombre de morts... C'est l'extrême droite de l'extrême droite."

Il pointe aussi la déconnexion du joueur. "C'est sûr, quand on doit 34 millions d'euros au fisc, comme il les devait au fisc espagnol il y a quelques années, on est moins sensible à la pauvreté", tacle l'ancien président du Rugby Club Toulonnais.

"Dans l'absolu, il a le droit de soutenir qui il veut. Mais Neymar est hyper suivi, notamment par les jeunes sur les réseaux sociaux, et soutient une personne dangereuse qui mène une politique, à tous les niveaux, désastreuse. C'est inquiétant", dénonce pour sa part Kaouther Ben Mohamed, présidente de l’association Marseille en colère.

"Le vrai problème, c'est qu'il est suivi et que c'est le veau qui suit son boucher" a tranché pour sa part le cheminot Bruno Poncet.

MM