RMC

Blocages des routes par les agriculteurs: la méthode est-elle la bonne?

Les agriculteurs manifestent leur colère mardi et organisent de nombreux blocages routiers. La seule méthode pour se faire entendre en France ?

La France rurale hausse le ton ce mardi. Sentiment de rejet, opposition aux zones de non-traitement aux pesticides ou aux accords commerciaux: les agriculteurs manifestaient mardi dans toute la France en bloquant les axes routiers à l'appel du syndicat majoritaire, la FNSEA, et des Jeunes agriculteurs.

Sous le slogan, "France, veux-tu encore de tes paysans?", la mobilisation a commencé mardi matin tôt avec le blocage prévu d'axes routiers majeurs, dont de nombreuses autoroutes partout sur le territoire.

"Les blocages deviennent quotidiens comme si ça devenait normal"

Les Grandes Gueules sont revenues sur le développement de cette colère qui monte ces derniers mois entre polémiques liées à l'utilisation des pesticides, actions violentes d'extrémistes vegans...

Le mode d'action fait débat. Alain Marschall fait remarquer que chaque entité y va de son blocage pour faire entendre ses revendications comme les "Gilets Jaunes" depuis des mois ou encore les militants écologistes d'Extinction Rebellion qui ont bloqué des axes parisiens lundi. 

"La légitimité de leur action, on peut comprendre. Mais les blocages deviennent quotidiens comme si ça devenait normal..."

"C'est un gouvernement qui est faible. L’autorité du gouvernement ne passe plus"

L'étudiant Maxime Lledo estime que le gouvernement est en tort en répondant aux blocages mais concède que c'est aujourd'hui la seule façon de se faire entendre.

"Pour les agriculteurs, c'est la seule solution pour se faire entendre. Ils ont des opposants qui ont accès libre à tous les médias. (...) Le gouvernement ne réagit à un problème seulement quand il y a des manifestations des blocages. Il légitime toute sortes d'actions dont certaines qui n'ont pas de légitimité."

Olivier Truchot va également en ce sens :

"Les "gilets jaunes" ont tout balisé puisqu'on a laissé des manifestants manifester où c'était interdit, et quand il y a eu de la casse on a cédé, on a supprimé la taxe carbone et mis de l'argent sur la table. C'est un gouvernement qui est faible. L’autorité du gouvernement ne passe plus."
James Abbott