RMC

C’est un terme discriminant: vif échange entre Marie-Anne Soubré et Nathalie Loiseau après ses propos sur les romanichels

L'avocate lui a reproché ses nombreuses erreurs de communication durant la campagne pour les européennes.

C’est une campagne compliquée que vit Nathalie Loiseau, tête de liste LREM pour les élections européennes. Depuis plusieurs semaines, celle-ci est la cible de polémiques, notamment à cause de petites phrases. Cela avait commencé le 22 avril avec une révélation de Médiapart

Le pureplayer avait indiqué que l’ancienne ministre des Affaires européennes avait fait partie d’une liste d’extrême-droite lorsqu’elle était étudiante à Sciences Po. Elle avait reconnu son erreur. 

Quelques jours plus tard, une nouvelle polémique était d’une phrase prononcée lors d’une interview sur Radio J. L’ancienne ministre qui réagissait à l’annonce d’Emmanuel Macron, qui a affirmé vouloir supprimer l’ENA, établissement dont elle est diplômée et qu’elle a dirigé. 

"Je suis soulagée qu'on donne un coup de pied dans la fourmilière". "J’avais l’impression d’être une romanichelle quand je suis arrivée à la tête de l’ENA", avait-elle ajouté. 

"Blitzkrieg positive"

Des propos que l’avocate Marie-Anne Soubré juge "discriminant". "Ce sont des propos extrêmement insultants pour les populations Roms. C’est un terme discriminant", a asséné l’avocate à Nathalie Loiseau lors de son passage dans Les Grandes Gueules sur RMC. 

La tête de liste pour les Européennes a tenté de se défendre. "Je me suis toujours placé du côté des Romani... des Roms, en disant ça", s’est-elle rattrapée. 

Mais Marie-Anne Soubré l’a immédiatement reprise.

"Vous alliez le dire encore. C’est un terme qu’on ne peut pas employer madame Loiseau", affirme-t-elle. 

Elle lui reproche son manque de discernement en tant que responsable politique. "Au mémorial de Caen, on vous parle de la guerre éclair qui a été menée et vous vous dites: ‘moi, je veux faire une guerre éclair positive’. Directement un responsable politique aurait dû dire non ça, c’est un terme que ne veut pas entendre", a-t-elle indiqué. 

Guillaume Descours