RMC

Christophe Castaner rappelle les policiers à leur exemplarité: "Le ministre est en train de lâcher sa police", juge Linda Kebbab

Dans ses voeux à la police nationale, le ministre de l'Intérieur s'est montré ferme à l'encontre des forces de l'ordre, régulièrement accusée de violences policières.

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a lancé un message aux forces de l’ordre ce lundi lors de ses vœux à la police nationale. Alors que le nombre d’accusations de violences policières est en augmentation avec la répétition des manifestations ces dernières semaines, Christophe Castaner a rappelé que les membres des forces de l’ordre ont un devoir d’"exemplarité" et d’"éthique". 

"C'est l'honneur de la police qui est en jeu, on ne fait pas de croche-pied à l'éthique, sauf à s'abaisser, à abaisser la police", a déclaré Christophe Castaner, une référence explicite à une vidéo montrant un policier faisant un croche-pied à une manifestante à Toulouse.

Cette vidéo, diffusée sur les réseaux sociaux, s’ajoute à d’autres également tournées pendant les manifestations contre la réforme des retraites ou encore après la mort d’un livreur à Paris la semaine dernière après un contrôle controversé. 

Des propos qui interpellent Linda Kebbab, du syndicat SGP Police-FO. "Donc pour ses vœux aux forces de l’ordre, donc c’est le moment où on dit tout ce qu’on souhaite aux forces de l’ordre, il est en train de dire que la police française manque d’éthique et d’exemplarité", indique-t-elle. 

"C'est indigne de sa fonction"

Pour la syndicaliste, le discours du ministre est "aberrant". "Lundi, il y a deux policiers qui se sont suicidés, une dans les locaux de police à Saint-Nazaire, laissant savoir qu’il y avait des problèmes de management. Il y a un policier qui a été tué délibérément dans une opération. Il n’a pas un mot pour eux, pas une pensée. Le ministre de l’Intérieur est en train de lâcher sa police", juge-t-elle.

Selon elle, cette position peut être due à l’approche des municipales. Elle estime que Christophe Castaner espère récupérer quelques voix avec ce discours, et que sa réaction intervient sans prise de recul. "Il réagit à chaud et ça, c’est indigne de sa fonction", estime-t-elle.

Elle rappelle également, qu’une interpellation, qu’une opération, même si elle est faîte selon certaines règles, "ce n’est jamais beau à voir". Dans son discours aux forces de l’ordre, Christophe Castaner a lui rappelé que les policiers ont le droit de recourir à la force. Mais il a souligné que ce droit est "une responsabilité lourde, la plus lourde qui soit". 

Guillaume Descours