RMC

Circulation différenciée: "En période de crise, il faut prendre des mesures d'urgence", assume François de Rugy

Le ministre de la Transition écologique est revenu sur la mise en place de la circulation différenciée. Il explique que c'est une mesure restrictive et concède qu'elle peut être handicapante pour certains automobilistes.

L’épisode de canicule touche une grande partie de la France. C’est notamment le cas en Île-de-France ainsi qu’à Lyon. Pour limiter le risque de pollution à l’ozone le gouvernement a décidé d’interdire les véhicules aux vignettes Crit’Air 3, 4 et 5.

Une mesure qui cependant est jugée comme injuste notamment pour les personnes aux revenus modestes qui sont souvent ceux qui possèdent des voitures les moins récentes. 70% des véhicules qui ne peuvent pas circuler son en Seine-Saint-Denis, le département le plus pauvre d’Île-de-France. Mais pour le ministre de l’Écologie, François de Rugy, une mesure restrictive et forcément handicapante pour certaines personnes. 

"La réalité, c’est que c’est une mesure d’urgence. Pour faire face à une situation de crise, la responsabilité de tout gouvernement, c’est de prendre des mesures d’urgence. Cependant, on prend aussi des mesures de fond avec notamment la prime à la conversion, c’est à la possibilité pour les Français d’être aidé pour leur changement de voiture", explique-t-il. Il avance par ailleurs le chiffre de 300.000 personnes qui auraient changé de véhicule en 2018. 

Reconduite jeudi en Île-de-France et à Marseille

Si le gouvernement a décidé d’interdire à la circulation tous les véhicules aux vignettes Crit’Air 3,4 et 5, c’est parce qu’il a tiré les conséquences de la précédente période de canicule l’hiver dernier. "On a vu qu’avec les vignettes 0, 1, 2, 3, ça n’avait quasiment pas d’effet. C’est pour ça que cette fois, on a resserré aux vignettes 0, 1, et 2. Evidemment, c’est plus restrictif", concède-t-il. 

Il prône surtout un changement de comportement de la population et appelle à d’avantage se tourner vers les voitures électriques. En effet, il explique que contrairement aux idées reçues elles sont parfaitement adaptées au trajet du quotidien et que certains modèles ne valent pas aussi cher qu’on le dit. 

"Une famille qui a deux voitures, elle peut avoir une voiture électrique pour les petits trajets au quotidien et une autre qui permet de partir en vacances", précise le ministre.

Il précise par ailleurs que la circulation différenciée sera reconduite en Île-de-France et appliquée à Strasbourg et à Marseille. Pour cette dernière, c’est la première fois qu’une telle restriction de circulation est mise en place. 

Guillaume Descours