RMC

Comment les mairies s'organisent face au coronavirus pour que les élections municipales se tiennent

À l'approche des municipales, des mesures et précautions ont été prises dans des mairies face à la menace de l'épidémie de coronavirus. Mais après quasiment un mois à en entendre parler, les Français ont peur de contracter le virus.

Selon une Étude Ifop pour Charles.co, 28% des électeurs envisagent de ne pas se rendre dans un bureau de vote pour voter aux prochaines élections municipales à cause des risques de transmission du Coronavirus. Si le gouvernement doit donner des précisions cette semaine sur les mesures à mettre en œuvre dans les bureaux de vote, les mairies commencent déjà à s’organiser pour rassurer les électeurs.

Pour Isabelle Maincion, maire de La Ville-aux-Clercs et en charge des questions de santé à l’Association des maires de France, il faut que ces élections se tiennent.

"Ce qu’a demandé l’association des maires de France, c’est de pouvoir avoir des directives très précises afin de sécuriser les bureaux de vote. Nous sommes républicains, nous tenons à ce que notre vie démocratique puisse se dérouler correctement et nous sommes en train, les uns et les autres de nous organiser", explique-t-elle. 

Réguler les entrées ?

Elle assure que dans sa mairie des dispositions sont déjà prises pour le premier tour qui aura lieu dimanche prochain. 

"On va prévoir des files d’attente dans de bonnes conditions pour que puisse respecter des distances entre les uns et les autres parce que quelques fois il y a des heures d’affluence. C’est vrai que la tranche 10h30-12h30 et puis en milieu d’après-midi sont toujours des moments où il y a plus de monde. Donc on va essayer que tous ceux qui viennent voter puissent se laver les mains. On va réguler l’entrée dans le bureau pour qu’il n’y ait pas toujours beaucoup de monde", détaille-t-elle.

Mais en ce qui concerne les régions les plus touchées comme l’Oise, le Haut-Rhin, la Morbihan ou la Corse la question se pose. Selon Isabelle Maincion, le gouvernement peut effectivement encore décider de repousser. Cependant, elle souhaite que les élections puissent se tenir. "Est-ce que c’est plus important de reporter un salon quel qui soit plutôt que l’expression de notre vie démocratique ? Je ne crois pas", estime-t-elle. 

Guillaume Descours