RMC

Départs chez LR: "Je ne suis ni un traître, ni un opportuniste", assure Christian Estrosi

Le maire de Nice, Christian Estrosi, assure ce mercredi sur RMC qu'il ne va pas quitter Les Républicains malgré la vague de départs et met en avant sa fidélité au "gaullisme".

"Je suis un sympathisant, cotisant, spectateur". Christian Estrosi n’a pas fui le navire chavirant des Républicains et n’a aucune intention de le faire à l’avenir comme il l’a expliqué ce mercredi matin dans Les Grandes Gueules sur RMC.

Le parti de droite républicaine subit de nombreuses défections après la débâcle électorale des élections européennes qui a conduit à la démission du président du mouvement Laurent Wauquiez.

Valérie Pécresse a notamment claqué la porte avec grand bruit, pendant que 70 élus de la droite et du centre ont apporté leur soutien à Emmanuel Macron voyant l’avenir flou de LR. Le maire de Nice assure de son côté qu'il reste fidèle à son parti tout en gardant une certaine distance avec le côté politicien. Il reproche à Laurent Wauquiez, sans le nommer, d’avoir trahi l’esprit de son parti.

"Ceux qui ont pris en main Les Républicains ont largement dénaturé son esprit"

"J’ai un ADN, je suis Gaulliste. Mon parcours politique passe par le RPR, par l’UMP fondée par Jacques Chirac, par Les Républicains que j’ai fondé avec Nicolas Sarkozy qui garde un esprit d’ouverture.
Dans le prolongement de François Fillon, ceux qui ont pris en main Les Républicains à la suite de Nicolas Sarkozy ont largement dénaturé son esprit", reproche-t-il.

Mais celui qui est accusé d’avoir été trop proche d’Emmanuel Macron se défend en assurant qu’il n’a pas rejoint les rangs d’En Marche et avance sa fidélité sans faille au mouvement.

"Je reste fidèle à ma filiation gaulliste. Je ne suis ni un traître ni un opportuniste, car je suis resté."
James Abbott