RMC

Des tests massifs pour rien? "Si on était un peu plus citoyens, on ne serait peut-être pas autant dans la merde"

Des opérations de tests massifs à l'échelle de grandes agglomérations sont mises en place. L'efficacité de la méthode est contestée. Marie-Anne Soubré estime que ne pas s'y rendre est un manque de civisime.

Environ 500 personnes se sont déplacées lundi sur les huit sites d'Ardenne Métropole consacrés au dépistage massif du Covid-19, au premier jour d'une opération qui a connu quelques retards par endroits. Une opération similaire est menée au Havre.

L'Agence régionale de santé Grand Est avait annoncé vendredi pouvoir réaliser quelque 4.500 tests PCR par jour pour une campagne de dépistage à grande échelle dans l'agglomération de Charleville-Mézières-Sedan (58 communes, 122.000 habitants) et deux autres communautés de communes.

Les autorités espèrent toucher au total "entre 15 et 20% de la population ardennaise soit environ 50.000 personnes" sur douze jours, répartis en trois phases en décembre, selon le préfet des Ardennes Jean-Sébastien Lamontagne.

L'efficacité de ces dispositifs est contestée et les exemples à l'étranger comme à Liverpool montrent que l'efficacité a été limitée.

L'avis des GG

Jérôme Marty (médecin généraliste): "Ce qui m'effraie c'est ce que ça va coûter. On a fait toute une organisation qui coûte cher. Ca fait cher le test pour un but qui est nul. On n'est pas dans un test massif avec 15 à 20% des citoyens testés. Soit tu as une vraie photo de la situation soit tu fais pas.

Marie-Anne Soubré (avocate): "Les Français exagèrent, les gens sont fous. Si il y avait ça dans ma ville j'irai. Ca suffit de tout reprocher et son contraire au gouvernement. Je considère qu'ils ont une attende complètement con. Je suis la première à critiquer, mais là. (...) A un moment les gens s'ils étaient un peu plus citoyens on serait peut-être pas autant dans la merde."

Gilles-William Goldnadel (avocat): "Les gens on leur demande d'être civiques depuis un an. Les Français sont beaucoup disciplinés et civiques qu'on pouvait ne le penser."

J.A.