RMC

"Emmanuel Macron a fait une croix sur les électeurs de gauche", affirme Guillaume Tabard

En nommant un Premier ministre issu de la droite, le président de la République assume sa ligne en vue de la prochaine présidentielle.

Quelques nouveaux visages et un sentiment général que le nouveau gouvernement penche un peu plus à droite. Voilà les conclusions tirées du remaniement de lundi avec l’arrivée de Jean Castex à Matignon. 

Pourtant, pour Guillaume Tabard, éditorialiste au Figaro, ce nouveau gouvernement n’est pas forcément vraiment plus à droite que le précédent. 

“On ne peut pas dire que Castex soit plus à droite que Philippe. On parle beaucoup de Darmanin, mais Darmanin était déjà dans le gouvernement donc ce n’est pas une figure de droite en plus. Dupond-Moretti est un avocat qui est proche d’avocats de Nicolas Sarkozy, mais lui-même est une figure de gauche. Donc je crois qu’il y a un peu un effet d’optique à dire que ce gouvernement-là est plus de droite que le précédent”, explique-t-il. 

Un plan pour 2022 ?

Il convient néanmoins que la ligne de Macron qui est de plus en plus à droite et de manière assumée n’a pas changé et que ceux qui espéraient un tournant à gauche, avec un gouvernement plus social sont déçus.

Selon Guillaume Tabard, ce choix est en parti fait dans l’optique de la prochaine présidentielle en 2022. 

“Je crois qu’Emmanuel Macron ne croit plus pouvoir récupérer les électeurs venus de la gauche. Il veut encore préserver une partie de l’électorat bobo-écolo en faisant quelque chose pour l’environnement avec par exemple la nomination de Barbara Pompili qui est issue des Verts au départ. Cet électorat urbain, aisé et progressiste, celui-là, il veut encore le garder, mais je pense que l’électorat de gauche au sens traditionnel et populaire du terme ça, il a fait une croix dessus”, indique-t-il.
Guillaume Decours