RMC

"Est-ce que dans notre pays tout va-t-être guidé par la CGT?", dénonce Julien Denormandie

Pour le ministre de la Ville et du Logement, la CGT a un peu le monopole dans les négociations autour de la réforme des retraites.

L’espoir était permis jeudi alors que le gouvernement devait rencontrer les syndicats pour de nouvelles questions sur la réforme des retraites. Mais cette réunion entre le Premier ministre et les partenaires sociaux n’a pas permis de débloquer la situation

Pourtant, Edouard Philippe a affirmé à l’issue de la réunion qu’il y avait eu "des avancées" et que des "marges de manœuvre" existaient notamment sur l’âge pivot. Des "ouvertures" qui ont permis à l’UNSA ferroviaire de proposer une trêve dans le mouvement de grève qui dure depuis deux semaines pour les fêtes de fin d’année. Un avis que n’ont pas partagé certains syndicats notamment la CGT et Force Ouvrière. 

La CGT vraiment toute puissante? 

Pour Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement, la solution pour sortir de cette grève, c’est de poursuivre les négociations. Il estime que le gouvernement ne doit d’ailleurs pas tout céder aux demandes de la CGT qui repousse majoritairement la réforme. 

"Mais est-ce que dans notre pays tout va-t-être guidé par la CGT ?! Oui ou non ?! Ça fait combien de temps qu’on se dit qu’il faut qu’on mette fin à ces régimes spéciaux. Est-ce qu’on accepte aujourd’hui d’avoir autant d’inégalité dans notre système de retraite ?", interroge-t-il. 

Il dénonce également les méthodes assumées par la CGT qui a procédé ces derniers jours à des coupures d’électricité dans certaines zones. Une pratique illégale. "Dans notre pays, on a le droit de grève, on n’a pas le droit à des actes illégaux", affirme-t-il. 

Guillaume Descours