RMC

"Je ne servirai pas de cobaye": Samia Ghali annonce qu'elle refusera de se faire vacciner provoquant la colère de certains médecins

Malgré la hausse des contaminations dans les Bouches-du-Rhône, l'adjointe à la mairie de Marseille Samia Ghali assure qu'elle ne servira pas de cobaye, refusant de se faire vacciner contre le Covid-19. Une déclaration qui a provoqué la colère de certains médecins.

Les propos de la maire-adjointe de Marseille ont choqué de nombreux médecins en pleine crise sanitaire: "Je ne ferais pas demain un vaccin contre le Covid-19. Je le déconseillerai à mes enfants et je ne le ferai pas faire à mon fils qui est mineur", a assuré Samia Ghali lundi sur BFMTV.

"Qu'une femme politique s'exprime comme ça, pour moi c'est dramatique. Nous avons un long chemin à parcourir ensemble. Dans ce long chemin, nous allons devoir expliquer aux Français et aux Françaises ce qu'est le vaccin, s'il est sûr ou pas sûr, et vous voyez donc la modération de mes propos, et ensuite qui il faut vacciner et pourquoi il faut vacciner", a déploré dans la foulée Gilbert Deray, chef du service de néphrologie à la Pitié-Salpêtrière à Paris

"Ce sont des propos curieux et troublants", a assuré ce mardi le docteur Jérôme Marty sur le plateau des "Grandes Gueules". "Où a-t-on vu qu'on se servait de la population pour essayer un vaccin ? Quand un vaccin est mis sur le marché, il est passé par différentes phases d'études et quand on le lance on a le recul sur celui-ci", rappelle le praticien.

"Il va bien falloir qu'on s'en sorte"

"On a une infection difficile à cadrer puisqu'elle fait 50% de cas asymptomatiques. On ne sait pas quand on est malades et si on peut la donner. C'est une épidémie et on n'a pas de traitement. On aura soit un vaccin soit un traitement mais on ne va pas porter des masques toutes notre vie il va bien falloir qu'on s'en sorte", plaide Jérôme Marty.

Des propos qui font polémique alors que la ville de Marseille et les Bouches-du-Rhône sont particulièrement touchées par l'épidémie. Récemment, ce sont des prises de position anti-vaccin de la maire Michèle Rubirola qui ont été ressorties sur les réseaux sociaux. Pour autant, Samia Ghali son adjointe se défend d'être "anti-vaccin": Je suis une citoyenne et une maman. Je ne suis pas contre les vaccins, je suis à jour et je vaccine mes enfants", précise-t-elle ce mardi sur RMC.

"Jamais je ne donnerai de conseil aux Marseillais sur le sujet"

"Pour autant et à titre personnel, je ne me vaccinerai pas contre le Covid-19. On a le sentiment que la course au vaccin n'est pas une course contre la maladie. Si demain on a trouvé un vaccin, il lui faut le temps de faire ses preuves. Or, on n'aura pas assez de recul", ajoute Samia Ghali.

Et l'ancienne sénatrice se défend de tout calcul politique: "On m'a posé la question j'ai répondu à titre personnel, jamais je ne donnerai de conseil aux Marseillais sur le sujet".

Plusieurs laboratoires pharmaceutiques travaillent actuellement sur la réalisation d'un vaccin. Le laboratoire britannique AstraZeneca a récemment suspendu ses travaux après l'apparition d'effets secondaires chez l'un des volontaires, avant de les reprendre dimanche. Vladimir Poutine a annoncé en grande pompe que la Russie était aussi en train de développer un remède, ajoutant que sa propre fille était soignée avec le précieux sésame. ET de son côté Bill Gates estime qu'un vaccin pourrait être disponible début 2021. 

Guillaume Dussourt